Navigation – Plan du site

Enseigner l’oral en classes hétérogènes : quelle ingénierie didactique ?

Roxane Gagnon et Joaquim Dolz
p. 109-129

Résumés

Cette contribution se centre la conception et la mise en place de dispositifs d’enseignement pour enseigner la production et la compréhension orales dans une visée inclusive. Nous intéressant à des contextes particuliers d’enseignement et d’apprentissages, le premier cycle du primaire et l’enseignement spécialisé, nous examinons le traitement de l’oral avec ces publics d’élèves aux besoins hétérogènes. Par l’analyse des dossiers de 37 étudiants, nous cherchons à comprendre comment les étudiants en formation à l’enseignement interprètent les prescriptions institutionnelles et les recommandations reçues en cours : quels objets oraux, quelles activités privilégient-ils, comment intègrent-ils dans leur dispositif les élèves à besoins particuliers ?

Haut de page

Texte intégral

1À l’heure actuelle, les enjeux d’une école inclusive amènent les professionnels de l’éducation à interroger les aménagements à mettre en place dans l’enseignement ordinaire pour que tous les élèves continuent d’apprendre en classe, en dépit de leurs difficultés. L’école inclusive suppose que tous les apprenants ont leur place de plein droit, ce qui implique un changement majeur de perspective ; on a longtemps cru que les interventions orthopédagogiques (avec un logopédiste, par exemple) en dehors de la classe étaient la seule solution aux problèmes des élèves en difficultés. On sait maintenant que l’enseignement en classe ordinaire a un rôle indispensable à jouer pour lutter contre l’échec scolaire. La politique d’inclusion des élèves dans le système scolaire comporte une réorientation des objectifs ainsi qu’une actualisation des programmes d’études et des méthodes d’enseignement. Plusieurs dimensions sont touchées : les contenus, les dispositifs d’enseignement (l’environnement matériel, les tâches proposées, le soutien à l’élève, les supports), les modalités d’évaluation. Ces nouveaux enjeux engendrent de nouveaux besoins de recherche et de formation. Pour le didacticien, c’est l’occasion de repenser les contenus et démarches d’enseignement et d’apprentissage ; se posent entre autres les questions de l’équilibre entre traitement collectif et individuel, de l’évaluation et de la gestion des rythmes d’apprentissage.

  • 1 La population enfantine et juvénile « en difficulté » recouvre des « catégories » de plus en plus d (...)

2Dans cette contribution, nous nous centrons sur la conception et la mise en place de dispositifs pour enseigner la production et la compréhension orales, dans l’idée de jeter les bases d’une didactique de l’oral à visée inclusive. Nous intéressant à des contextes particuliers d’enseignement et d’apprentissage, le premier cycle du primaire et l’enseignement spécialisé, nous examinons le traitement de l’oral avec ces publics d’élèves aux besoins hétérogènes. L’angle d’approche choisi est celui de l’ingénierie didactique. Comment travailler l’oral avec des élèves dits à besoins particuliers1 ? Comment traiter l’oral avec des élèves souffrant de troubles du langage et de la communication ou d’autres dysfonctionnements en lien avec l’apprentissage ou le développement ? Les conditions d’une classe inclusive hétérogène rendent-elles possible cet enseignement ?

3Pour répondre à ces questions, nous procédons en quatre étapes. (1) Nous exposons les orientations générales qui guident notre conception de l’ingénierie didactique pour l’oral et examinons les particularités des contextes d’enseignement, les modes d’interventions envisageables et les traitements possibles de l’oral avec les élèves à besoins particuliers. Ces considérations préliminaires serviront ensuite à l’examen des propositions didactiques des étudiants. (2) Nous examinons les caractéristiques de situations et de dispositifs conçus par les étudiants de deux de nos formations en enseignement à l’université de Genève. Par l’analyse des pratiques déclarées de 37 étudiants, nous mettons en évidence les objets oraux et les activités qui s’en dégagent. (3) Nous analysons ensuite les adaptations effectuées par les étudiants en vue de répondre aux besoins d’élèves à besoins particuliers, que ce soit des élèves allophones ou des élèves considérés à risque. (4) Dans la dernière partie du texte, nous mettons en exergue de limites des dispositifs proposés par nos étudiants, et dans une visée formative, de l’énoncé de moyens de les dépasser. Au terme de l’analyse, nous sommes ainsi en mesure de mieux comprendre comment les étudiants en formation à l’enseignement interprètent les prescriptions institutionnelles et les recommandations reçues en cours.

Fondements d’une didactique de l’oral pour l’enseignement spécialisé

  • 2 Par exemple, les modèle didactique du genre, la séquence didactique, les grilles d’analyse de texte (...)
  • 3 Passé les premiers apprentissages, il n’existerait pas de repères fiables sur lesquels s’appuyer po (...)

4Si tous s’entendent sur le rôle crucial de l’oral pour permettre le développement du langage et les apprentissages scolaires, la place et le traitement à accorder de la langue parlée ne font pas consensus dans les pratiques de classe et dans les travaux des didacticiens. Nonnon (1999) identifie trois perspectives d’études de l’oral en classe : la première appréhende l’oral par le biais des échanges verbaux quotidiens de la classe ; la seconde s’intéresse à l’oral pour apprendre dans toutes les disciplines scolaires ; la troisième fait de l’oral un objet explicite et autonome d’enseignement-apprentissage, et le situe comme un sous-volet de la discipline français à côté de la lecture, l’écriture, la grammaire et la littérature. Depuis les années 1990, les travaux de recherche en didactique de l’oral ont permis de mieux comprendre les pratiques d’enseignement, par l’analyse des interactions verbales en classe, ainsi que d’élaborer des outils d’enseignement et de recherche2 (Dolz, Noverraz & Schneuwly, 2001 ; Grandaty & Turco, 2001 ; Maurer, 2001 ; Garcia-Debanc & Plane, 2004 ; Halté & Rispail, 2005 ; Lafontaine & Dumais, 2014). Or, il manque toujours des travaux qui spécifient les pratiques d’enseignement de l’oral, notamment la définition et la transposition des objets d’enseignement et d’apprentissage, les modes d’intervention de l’enseignant (Hassan, 2012) et la progression des apprentissages sur le moyen et le long terme3.

5Sur la question de la progression de l’enseignement, par exemple, beaucoup pensent qu’il est prématuré de faire de l’oral formel avec de jeunes élèves et que les efforts devraient porter davantage sur la consolidation de la syntaxe, la prononciation au cours d’échanges quotidiens entre le maitre et les élèves de 4 à 6 ans (Boisseau, 2005). On privilégie le choix de supports pour amener les élèves à parler (Canut, Bruneseaux-Gauthier & Vertalier, 2012) ; les interventions du maitre, qui reformule et régule les propos des élèves, consolident leur langage oral. La parole de l’enseignant facilite la compréhension des élèves, indispensable au travail scolaire. Dans les premiers apprentissages de l’école primaire, on privilégie un oral transversal, c’est-à-dire un outil au service de l’apprentissage des règles de la classe, de la politesse, du calcul, de l’écrit. Cet oral pour apprendre peut favoriser la mise en place d’un oral réflexif qui permet à l’élève de conscientiser sa production langagière et de l’analyser (Laparra, 2008). Pour notre part, bien que persuadés de l’importance de la mise en place de cet oral pour apprendre et de cet oral réflexif, nous pensons aussi que l’oral doit être travaillé pour lui-même, et ce, dès le début de la scolarité.

Nos orientations en vue d’une ingénierie didactique pour la production et la compréhension orale

6Nous avons défendu à maintes reprises une approche didactique par les genres textuels formels (Dolz & Schneuwly, 1998 ; Dolz, Noverraz & Schneuwly, 2001). Rappelons trois raisons fondamentales à celle-ci :

  1. Le genre permet d’organiser la grande variété des pratiques langagières, car tout texte est exemplaire d’un genre. Aussi, d’un point de vue communicatif, le genre permet une représentation des conventions qui régissent une famille de textes pour une communauté culturelle donnée (Dolz & Abouzaïd, 2015). Les plus petits découvriront progressivement les caractéristiques du conte merveilleux ; les plus âgés se familiariseront progressivement au compte-rendu critique de cinéma, par exemple.

    • 4 Par acte de parole, nous entendons ici un échange de quelque durée, nettement délimitée.

    D’un point de vue pragmatique, le genre situe et rend possible la communication. Au-delà des énoncés et des actes de parole4 isolés, les genres sont perçus comme des interactions complètes permettant au locuteur de se représenter les paramètres de la situation de communication dans une sphère sociale particulière (Voloshinov, 1929/2010 ; Schneuwly, 1994).

  2. Enfin, le genre est un outil qui médiatise l’activité de communication langagière. Il agit comme un outil sémiotique qui, une fois intériorisé, transforme le langage.

7Nos observations des pratiques enseignantes nous ont permis d’identifier un nombre important de problèmes d’enseignement et d’apprentissage à propos de la production et de la compréhension à l’oral (Gagnon, 2010 ; 2011). Trois types de problèmes communs à l’expression et à la compréhension orale peuvent être identifiés :

  • l’articulation de l’évaluation à l’enseignement ;

  • le découpage des composantes du texte oral et le pointage des dimensions considérées les plus importantes pour l’enseignement ;

  • l’organisation des interventions de l’enseignant sur la langue parlée des élèves.

8L’identification de ces nœuds dans les pratiques est primordiale dans l’élaboration et l’expérimentation de dispositifs d’enseignement. Nos travaux d’ingénierie tentent d’y remédier. Nous avons également développé des dispositifs didactiques en compréhension orale, pour renforcer ce pan de l’oral fort peu travaillé (Broi & Soussi, 1999). L’ingénierie didactique que nous proposons s’inspire fortement des séquences didactiques élaborées à Genève et éditées par la Coordination romande des moyens d’enseignement (Dolz, Noverraz & Schneuwly, 2001). L’établissement de séquences didactiques permet que s’esquisse une progression des apprentissages scolaires de la langue orale. Notre modèle didactique propose à l’apprenant une unité de travail — un genre : l’exposé, l’interview, etc. — qui lui donne une vision d’ensemble de ce qu’il est en train d’apprendre. Chaque genre permet de travailler sur des objectifs liés aux quatre niveaux fondamentaux d’opérations du fonctionnement langagier : les représentations du contexte social, la structuration discursive du texte, la représentation des contenus thématiques à développer et le choix des unités linguistiques. Le travail sur les genres fournit aux élèves des moyens d’analyse des conditions sociales effectives de production et de réception des textes oraux. Cette approche donne accès à un cadre d’analyse des contenus, de l’organisation de l’ensemble du texte, des séquences textuelles qui le composent, tout comme des unités linguistiques et les caractéristiques spécifiques à la textualité orale. Elle considère les dimensions multimodales incorporées au travail de l’oral ; les phénomènes liés à la voix (diction, prosodie), le corps et la gestion de l’espace. Le travail sur les genres procure des instruments euristiques permettant de dégager systématiquement de documents authentiques les régularités de structures et d’emplois ainsi que les stratégies sous-jacentes, en prenant appui particulièrement sur la présence de certaines marques linguistiques. Il permet de contourner le problème de la polysémie et de la complexité des situations orales en focalisant sur certains aspects privilégiés, à savoir les conventions socioculturelles et caractéristiques linguistiques rattachées aux genres.

9Ces orientations, esquissées et défendues ici méritent d’être testées dans le contexte de classes hétérogènes. Quelles adaptations doivent-elles être pensées de manière à prendre en compte les besoins des élèves plus fragiles ?

Enseigner à des élèves à besoins particuliers

10De façon générale, quand il s’agit de penser l’ingénierie didactique pour effectuer un travail scolaire avec des élèves en difficultés, le concepteur-enseignant se trouve placé devant quatre grandes tensions : il peut choisir de construire le sens des notions ou développer des automatismes de base ; s’appuyer sur les productions des élèves ou exposer un savoir décontextualisé et réutilisable ; traiter de problèmes complexes, de manière à placer l’élève dans une position de recherche ou engager les élèves dans la résolution de problèmes qui nécessitent l’activation de connaissances dont ils disposent réellement ; évaluer les compétences acquises ou ne pas évaluer les élèves pour éviter d’affaiblir leur investissement (Perrin-Glorian, 2012).

11À cet « effet élève » s’ajoute aussi l’effet du contexte. Pelgrims (2006) pointe trois spécificités du contexte des classes spécialisées :

  • une liberté de programme, marquée par l’absence d’évaluation certificative et de rites de passage ainsi qu’un travail pluridisciplinaire ;

  • une liberté de fonctionnement, liée à un effectif réduit d’élèves ;

  • des contraintes de fonctionnement parmi lesquelles figurent l’hétérogénéité scolaire, l’absence de mémoire collective, la culture des échecs et des aides.

12L’hétérogénéité affecte notamment la planification quotidienne du professionnel qui doit composer avec une planification de diverses activités, de type thérapeutique ou éducatif, proposées par les autres professionnels de l’équipe. Pelgrims soutient d’ailleurs que cette hétérogénéité pose des difficultés aux enseignants : sans une formation adéquate, il est en effet difficile de créer un milieu favorable à l’apprentissage en collectif lorsque le niveau scolaire des élèves est varié, que ceux-ci nourrissent des résistances face aux tâches d’apprentissage et expérimentent des obstacles. Comme les élèves ne partagent pas de culture commune, la dynamique de groupe est d’autant plus difficile à créer.

13Du point de vue des apprentissages, les travaux s’intéressant à l’engagement des élèves déclarés en difficulté montrent que ceux-ci s’impliquent peu dans la réalisation des tâches et persévèrent peu devant les obstacles (Pelgrims & Cèbe, 2009). Les lacunes des élèves se situent sur le plan des connaissances procédurales : même s’ils ont acquis des procédures qui leur permettent de résoudre efficacement certains problèmes, ils ne sont pas en mesure d’expliciter la suite des opérations qu’ils ont menées, les règles qu’ils ont appliquées pour arriver à la solution juste (Pelgrims & Cèbe, 2009). Aussi, dès que l’énoncé du problème change ou que la tâche se différencie, ils ne peuvent pas réinvestir ce qui a été réussi auparavant : « l’emploi de leurs connaissances est donc peu flexible et dépendant du contexte dans lequel elles ont été acquises » (Pelgrims & Cèbe, 2009, p. 124). Du point de vue des modes de fonctionnement, l’activité des élèves dits en difficulté se centre davantage sur le contenu des tâches que sur le savoir qu’elle permet d’apprendre et sur la finalité de l’action plutôt que sur la recherche de la compréhension (Paour, 1991). Aussi, la mobilisation des stratégies en contexte n’est possible que par la sollicitation de l’enseignant, d’où l’importance de l’étayage de ce dernier. En effet, un étayage adéquat permet à l’élève de comprendre les raisons de sa réussite ou de son échec et lui donne plus de contrôle sur ses actions.

14Du point de vue des démarches d’enseignement auxquelles recourir, les élèves en difficulté ont besoin d’un enseignement explicite, c’est-à-dire centré sur « la construction des concepts et leur compréhension » (Pelgrims & Cèbe, 2009, p. 129). Les deux chercheuses énoncent d’ailleurs une série de principes pour aider les enseignants à mieux intervenir auprès de ces élèves :

  • décrire les processus déjà maitrisés pour les comprendre ; tout mettre en œuvre pour amener les élèves à comprendre les objectifs des activités proposées ;

  • permettre à tous les élèves de participer aux activités collectives ;

  • établir des contrats didactiques explicites et stables ;

  • planifier les activités en fonction des besoins des élèves les plus faibles et penser les différenciations pour les élèves les plus forts ;

  • répéter les tâches qui requièrent la mise en œuvre d’une procédure en en faisant varier les modalités pour solliciter les élèves dans des registres cognitifs différents.

15Gombert et Roussey (2007) se sont intéressés aux changements de gestes et de posture professionnelle d’enseignants en situation d’inclusion scolaire. Grâce à une analyse des pratiques déclarées, ils ont dégagé une série de gestes pédagogiques adaptés pour des élèves souffrant de troubles spécifiques du langage écrit. Ces gestes d’étayage constituent un moyen de compensation ; par ceux-ci, les enseignants mettent en œuvre des actions différenciées visant à rééquilibrer des désavantages sociaux liés à la présence d’un handicap ou d’un trouble afin de permettre l’égalité d’accès aux différents lieux et pratiques sociales. Trois gestes d’étayage peuvent être distingués, nous les reformulons de la manière suivante :

  • aménager l’environnement matériel et les supports pour faciliter l’apprentissage ;

  • accorder une attention particulière à la formulation de tâches : reformuler et faire reformuler la consigne aux élèves, les expliciter, faire relire les consignes par les élèves, à voix haute, individuellement ou en groupe de deux ;

  • réguler : évaluer et différencier. Accepter de contourner, de passer une activité au vu des obstacles, adapter les activités et les supports pour l’évaluation, ajuster le temps de travail, guider les élèves dans l’exécution de la tâche, découper la tâche en étapes et contrôler l’activité des élèves à chacune de ces étapes. Saisir les occasions de valorisation du travail de l’élève.

16L’enseignement de l’oral auprès d’élèves à besoins éducatifs particuliers est peu traité dans la littérature. Relevons des exceptions notables : l’ouvrage de De Weck et Rosat (2003) qui, grâce à une analyse fine des capacités langagières orales d’enfants dans diverses situations d’interaction, élaborent une perspective du langage interactionniste et développementale en logopédie. Elles ont mis au jour les modes d’appropriation d’enfants d’âge préscolaire (4 à 6 ans) atteints de troubles du développement du langage lors de la production de genre de discours dialogués. Cette étude les amène d’ailleurs à énoncer quelques principes pouvant être pris en compte dans l’intervention :

  • prendre en compte le niveau actuel de développement de l’élève, formuler des hypothèses sur son niveau langagier potentiel et établir des objectifs d’apprentissage qui sont dans la zone de développement proche de l’élève (ZPD) ;

  • accorder une importance au contexte de production pour aider les élèves dysphasiques à se détacher du hic et nunc de la situation, pour les aider à se représenter le contexte de production et pour rendre visibles les opérations langagières de contextualisation, planification et textualisation ;

  • travailler les genres oraux dans leur diversité, étant donné les caractéristiques variables des productions verbales et le degré de difficulté variable selon les genres de discours ;

  • fournir des aides aux élèves pour le choix de moyens linguistiques appropriés ;

  • aborder la prise en charge énonciative du discours ;

  • penser des articulations entre des aspects locaux et globaux de la production orale d’un genre textuel ;

  • trouver des incitations pour favoriser la participation aux dialogues, penser les modalités de l’échange.

17Ce sont là un ensemble d’objets, de démarches d’enseignement, de principes didactiques qui permettent de penser un enseignement de l’oral à visée inclusive. Les modes d’intervention auprès d’élèves à besoins particuliers sont fortement dépendants des caractéristiques des contextes. Ces contraintes contextuelles sont-elles prises en compte dans les propositions didactiques des étudiants en formation ?

Les activités d’enseignement et objets proposés par les étudiants pour développer l’oral

  • 5 Nous tenons à les remercier de nous avoir laissés analyser leur travail dans le cadre du présent te (...)

18En vue de caractériser les situations d’enseignement privilégiées pour le développement du français oral au primaire à l’école genevoise, une étude exploratoire à laquelle ont participé 37 enseignants en cours de formation5 a été menée. Les dossiers d’étudiants, inscrits dans deux séminaires consacrés à la didactique de l’oral, dans lesquels ils devaient présenter une situation d’enseignement pour développer l’oral ont été analysés. Le premier séminaire, intégré dans le certificat complémentaire en enseignement primaire, portant sur l’enseignement aux petits degrés de l’école obligatoire (élèves de 4 à 8 ans). Le second s’inscrit dans la maitrise en enseignement spécialisé. Dans ce séminaire, les dispositifs d’enseignement planifiés par les étudiants font l’objet d’une planification puis d’une mise en œuvre effective sur le terrain scolaire lors d’un stage. Les modalités de production des dossiers diffèrent quelque peu d’un séminaire à l’autre. Dans le premier séminaire consacré au début de l’école primaire, les étudiants ont conçu leur activité en dyades. Dans le séminaire de maitrise en enseignement spécialisé, les dossiers de cinq étudiants présentent une séquence complète sur l’oral.

19Le traitement des données recueillies suit trois étapes : 1) analyse des activités scolaires présentées (genres textuels et action langagière, tâches proposées dans les consignes, supports et formes sociales de travail) ; 2) démarches didactiques caractérisant les dispositifs ; 3) dynamique de la progression entre les activités détaillées dans les dossiers. Les contrastes entre les situations proposées pour le premier cycle du primaire et pour l’enseignement spécialisé permettent de dégager les potentialités et les obstacles des dispositifs.

Caractéristiques générales des activités d’enseignement proposées au 1er cycle du primaire

20Quelles sont les caractéristiques des activités orales proposées pour les classes d’élèves au début de l’école primaire ? Sur quoi portent-elles ? À la suite du travail des dyades, 16 activités d’enseignement de l’oral ont été répertoriées et catégorisées, nous les détaillons dans le tableau 1.

Tableau 1. Catégorisation des activités orales conçues pour les premiers degrés

Catégorie

Activité orale et GENRE

Support/média

Destinataire

Forme sociale
de travail

Narrer

(8)

1. Restituer un album (CONTE)

Album

Classe

Individuel

2. Inventer une histoire (CONTE)

Tableau

Classe

Collectif

3. Raconter une histoire à partir d’images (CONTE)

Série d’images d’un conte

Classe

Individuel

4. Adaptation d’un conte en pièce de théâtre (conte théâtralisé)

Conte écrit (théâtre)

Famille

Petits groupes

5. Représentation d’un conte avec des marionnettes (conte)

Conte écrit (Théâtre)

Famille

Petits groupes

6. Adaptation d’une fable en pièce de théâtre (fable théâtralisée)

Fable écrite (Théâtre)

Famille-École

Petits groupes

7. Création de dialogues pour un mini-film d’animation (film de fiction)

Vidéo

Classe

Petits groupes

8. Jeux de rôle sur un conte interactif (conte)

Ø

Classe

Petits groupes

Relater

(2)

9. Raconter des histoires vécues et inventées (récit de vie/conte)

Ø

Classe

Duos

10. Raconter le weekend par le biais d’une peluche (récit de vie)

Peluche

Classe

Individuel

Réguler des actions par le JEU

(3)

11. Fournir les consignes pour suivre l’itinéraire dans une carte (description d’itinéraire)

Carte

Classe

Duos

12. Deviner le lieu d’un objet caché par questionnement (devinette)

Objets culturels

Classe

Classe

13. Fournir des indications pour deviner un personnage (devinette)

Photos personnages

Classe

Duos

Développer des savoirs

(2)

14. Exposé sur des animaux (Exposé)

Documentation animaux

Classe

Groupe

15. Présentation d’un livre (RESUMÉ)

Album

Classe

Individuel

Argumenter

(1)

16. Conseil de classe (Conseil de classe)

Ø

Classe

Classe

21Parmi les 16 situations, un peu plus que la moitié (10) visent une conduite narrative. Outre cet accent sur le narratif, les situations de communication sont relativement diverses et ludiques : jeu de cachecache à l’oral pour trouver un objet caché dans la classe ; devinette pour découvrir un personnage célèbre ; déroulement collectif du jeu « Je suis un héros » pour suivre un itinéraire sur une carte ; exposé oral sur un animal ; présentation orale d’un album ; réalisation d’un conseil de classe pour régler des conflits. Soulignons la diversité de situations de communication proposées et le fait que la majorité de ces situations supposent un travail sur un genre textuel. Le conte est le genre de prédilection pour les plus jeunes élèves. Il est suivi du jeu de devinette, dans des réalisations différentes (description d’itinéraire, découverte d’un lieu, description d’un personnage). Souvent, les genres font l’objet d’une théâtralisation avec des marionnettes ou des mises en scène dialoguées. Les productions orales impliquent souvent des formes d’échange en petits groupes, elles s’adressent à la classe ou quelquefois à la famille (pour le spectacle de théâtre et de marionnettes). Les supports pour étayer l’activité orale jouent un rôle majeur dans la planification d’activités de communication orales (albums, images, etc.).

  • 6 Le plan d’études romand accorde une place relativement importante à l’oral et détaille des apprenti (...)

22Du point de vue des dimensions des objets « oraux » traités, les étudiants choisissent des situations d’animation et des contenus thématiques en fonction de leur potentiel d’encouragement de la prise de parole de tous. Ils privilégient des situations discursives ludiques, faites d’activités langagières narratives et de jeux dans lesquels la parole permet de réguler des actions. Le produit final du travail sur l’oral est destiné à un destinataire interne (priorité au développement d’une communauté discursive au sein du groupe classe) et exceptionnellement externe (la famille). Les étudiants prévoient des supports matériels attrayants : albums de jeunesse, marionnettes ou objets d’intérêt des élèves. Avec les élèves plus âgés, les situations d’apprentissage proposées prennent appui sur l’écrit. Notons que, dans leurs choix d’objets oraux, les étudiants prennent systématiquement en considération les contraintes institutionnelles (prescriptions6 et moyens d’enseignement officiels).

Les activités d’enseignement proposées pour les élèves de l’enseignement spécialisé

23Pour l’analyse des dossiers des étudiants en enseignement spécialisé, ayant accès à des séquences d’enseignement complètes, nous portons aussi attention à l’organisation, la hiérarchisation des activités ainsi qu’aux gestes de régulation et d’étayage mis en place. Le tableau 2 résume les principales caractéristiques des cinq dossiers des étudiants.

Tableau 2. Catégorisation des séquences orales conçues dans les classes du spécialisé

Catégorie

Activité orale ou GENRE dominant dans la séquence

Supports/média utilisés

Destinataire

Forme sociale
de travail

Narrer

(2)

1. Restituer un album à partir de la lecture en classe d’un album (CONTE)

Album / photos /vidéo / guide d’écoute /fiches d’exercices / canevas de présentation orale

Classe

En petit groupe
(3 élèves)

2. Lire de manière expressive une planche de BANDE DESSINéE

Bande dessinée

Classe

En petit groupe, en collectif

Relater

(1)

3. Produire un récit de vie oral

Enregistrements de récits de vie audio/ BD / fiches

Camarades d’une autre classe

Par groupe de deux ou trois élèves

Transmettre
des savoirs

(1)

4. Produire un EXPOSé oral sur le thème de l’Égypte

Album / film / musique / fiches

Classe

Collectif, individuel et en groupe (l’exposé se fait à 2 ou à 3)

Argumenter

(1)

5. Produire une intervention dans une discussion à visée philosophique

Fable (tirée des Philo-fables pour vivre-ensemble), bâton de parole

Classe

Collectif

24Tous les étudiants organisent leur séquence autour d’un genre textuel : la restitution orale du récit d’un album de jeunesse, la lecture expressive d’une planche de bande dessinée, le récit de vie, l’exposé oral, le débat oral et la discussion à visée philosophique. Comme pour les propositions faites pour le début de l’école primaire, l’intérêt des élèves apparaît être la préoccupation principale des étudiants : les dispositifs présentés intègrent la création d’une situation de communication permettant à tous les élèves du groupe d’entrer dans l’activité. Les autres élèves de la classe sont les seuls destinataires des productions.

25D’emblée et pour étayer les apprentissages prévus, tous les projets comprennent un travail par étapes ; l’ingénierie prévoit un travail pas à pas avec les élèves de manière à faciliter leur prise de parole. Le travail autour de la compréhension/restitution à l’oral d’un album de jeunesse prévoit un découpage page par page de l’album en vue de la reproduction de phrases modèles (qui restitue ce qui se passe dans la page) ; la répétition des activités de compréhension-reformulation vise à créer un cadre structuré et ritualisé pour les élèves TSA ou souffrant d’un retard mental. L’album utilisé, Quatre petits coins de rien du tout, et les démarches d’enseignement convoquées sont une adaptation d’une séquence de Dire, écrire, lire (DEL), méthode officielle romande pour l’enseignement aux petits degrés de la scolarité.

  • 7 Il s’agit de la dernière année de l’école primaire en Suisse, l’équivalent de la 6e année au Québec (...)

26La séquence sur la lecture expressive d’une planche de BD est l’adaptation d’une unité d’un moyen d’enseignement recommandé dans l’enseignement ordinaire, Mon manuel de français (MMF), dans l’idée d’intégrer les élèves au cursus de la 8e année primaire7. Les activités prévues s’intègrent dans une pédagogie de découverte qui consiste à coconstruire les savoirs par et avec les élèves ; cette pédagogie vise à pallier « l’absence d’homogénéité dans les procédures de raisonnement employées par les élèves » (dysharmonie cognitive) (extrait d’un dossier).

27La séquence sur le récit de vie est tirée du moyen d’enseignement S’exprimer en français (Dolz, Noverraz & Schneuwly, 2001) pour les classes ordinaires, dans une volonté d’intégration des élèves (le texte qui relate pouvant être un contenu des épreuves cantonales auxquels certains élèves pourraient se soumettre). Le choix d’une séquence sur l’oral se justifie aussi par le fait que les élèves sont moins bons lecteurs et scripteurs (il est prévu notamment de recourir à la dictée à l’adulte advenant le cas où les élèves doivent rédiger).

28Dans le cadre du projet autour de l’exposé oral, un étudiant propose un travail de documentation sur les contenus thématiques avec les élèves à partir de la lecture d’un album et du visionnement d’un documentaire. Le choix de l’oral se justifie ici par le fait qu’il permet de contourner l’obstacle de l’écrit.

  • 8 Un regroupement spécialisé est un ensemble de classes spécialisées au sein d’une école ordinaire.

29La séquence autour de l’atelier philosophique favorise le décloisonnement, l’établissement d’échanges entre les élèves qui ont beaucoup de difficulté à prendre la parole en public ou à la partager et la collaboration entre les enseignants du regroupement spécialisé8.

30Tous les projets de communication prennent appui sur la compréhension de récits : deux récits de fiction d’albums de jeunesse, un récit de vie, une planche de BD, une fable. Comme pour les activités pensées pour les élèves du 1er cycle du primaire, le texte narratif occupe une place de choix dans les dispositifs. Les projets partagent aussi une structure commune, caractérisée par l’enchainement de plusieurs activités, convoquant plusieurs situations ou actes de parole à l’oral et à l’écrit. Par exemple, la séquence travaillant la reformulation orale d’un album de jeunesse, Quatre petits coins de rien du tout, s’organise de la manière suivante : lecture d’une page de l’album par l’enseignant, activité de découpage des éléments de la page lue et collage au bon endroit sur une fiche des éléments découpés, dictée à l’adulte collective au cours de laquelle un élève volontaire reformule à l’enseignante la page lue. Dans un autre cas, la lecture collective et individuelle d’une planche de bande dessinée, un échange en petit groupe puis en plénière autour des contenus, de la forme et de l’univers fictionnel préparent une activité de lecture théâtralisée (en petit groupe puis en plénière), « articulant voix et bruitages » de la planche d’une bande dessinée. La lecture théâtralisée d’un groupe est suivie d’un commentaire évaluatif par l’autre groupe d’élèves spectateurs. Ces deux séquences sont à l’image de l’ensemble des cinq projets didactiques qui se caractérisent tous par une alternance entre des activités orales et écrites.

31Deux des dispositifs intègrent un travail sur des genres différents ; la compréhension d’une fable doit servir la participation à une discussion à visée philosophique ; le récit de l’album Le loup qui voulait partir en voyage ainsi que le visionnement d’un extrait d’un documentaire sur l’Égypte à l’aide d’un guide d’écoute précèdent la « présentation orale d’un sujet concernant l’Égypte. La séquence sur le récit de vie suit le modèle prévu dans le moyen S’exprimer en français : une première production initiale du genre textuel est suivie par une série de modules travaillant différentes composantes du genre et se termine par une production finale.

32De manière générale, les projets analysés présentent les sept caractéristiques suivantes :

  1. justification des priorités et des objectifs d’apprentissage toujours en accord avec les prescriptions institutionnelles et, de façon moins systématique, en fonction des besoins des élèves ;

  2. appui sur des situations de communication de fiction permettant de déclencher la prise de parole des élèves ;

  3. recours au travail collectif pour développer une communauté discursive scolaire, développer le vivre ensemble des élèves ;

  4. anticipation d’un travail par étapes, avec une succession de plusieurs activités scolaires, s’étalant sur un temps court ; prévision d’un nombre de supports variés pour aménager les dispositifs d’enseignement ;

  5. projet didactique impliquant l’enchainement de plusieurs activités, articulant systématiquement oral et écrit ; diversification des modalités de travail et des procédures à développer pour chaque activité ;

  6. au regard du travail du texte et de la textualité orale : trois des dispositifs impliquent des extraits de texte (une planche de BD, une intervention dans une discussion, la reformulation d’une page d’album) ; la structuration du texte est un objet de savoir dans un seul dispositif (le récit de vie) ; l’accent est mis sur les contenus thématiques dans le cas du projet sur l’exposé oral ; les dimensions spécifiques de l’oralité sont travaillées dans la séquence sur la bande dessinée, le récit de vie et l’atelier philosophique ;

  7. absence d’évaluation certificative.

Quelle prise en compte de l’inclusion des élèves allophones ou à besoins particuliers dans les propositions des étudiants ?

33Dans quelle mesure, les propositions des étudiants intègrent-elles des adaptations pour favoriser l’inclusion d’élèves à besoins particuliers ? Quels sont les impacts de ces adaptations sur l’ingénierie didactique de l’oral ? Comme pour la partie 2, nous présentons nos analyses en deux temps, décrivant les propositions faites pour le 1er cycle du primaire puis pour l’enseignement spécialisé.

34L’effort commun des étudiants s’intéressant à l’enseignement à de jeunes élèves consiste à créer des situations de communication motivantes et relativement simples qui permettent l’expression de la parole des jeunes élèves. La grande partie des activités répertoriées encourage la prise de parole en situation de classe. Le destinataire de l’activité est le groupe classe et exceptionnellement les familles (notamment pour les petites pièces de théâtre). Les étudiants essaient de s’adapter aux jeunes apprenants en prévoyant des supports variés attrayants, des formes de travail collectives qui impliquent la participation du groupe. Ils évitent les activités excessivement longues et fastidieuses, de manière à stimuler l’investissement, la concentration et l’intérêt des élèves.

35Toutes les activités orales proposées se réfèrent à des situations de communication larges qui s’adaptent aux élèves des premiers degrés de l’école primaire. Ces situations dépassent la conversation ordinaire, l’échange quotidien ; le cadre qu’elles comportent permet d’orienter les régulations et l’étayage de l’enseignant. Ces activités intègrent le passage de la langue familiale ou de la variété de français parlée en famille au développement d’une langue scolaire commune, élaborée. En principe (et en accord avec les prescriptions institutionnelles du plan d’études), les enseignants en formation prennent appui sur la diversité linguistique et culturelle des élèves pour développer la langue commune. Tous les projets visent directement ou indirectement la construction d’une communauté discursive dans la classe et considèrent la diversité culturelle comme potentiellement enrichissante. Quatre caractéristiques se dégagent des projets d’activité à l’oral :

  1. la prise en considération du rôle de l’oral dans la socialisation et dans la création d’un milieu inclusif et dans le processus d’intégration des élèves à besoin particulier ;

  2. la simplification des situations de manière à permettre l’exercice de l’activité orale à tous les élèves de la classe ;

  3. l’articulation de l’oral à la lecture et à l’écriture ainsi qu’à l’enseignement des différentes matières scolaires ;

  4. le travail de situations de communication dans lesquelles les élèves participent collectivement et apprennent les uns des autres, des situations dans lesquelles il est possible de dépasser les blocages et les résistances à la prise de parole.

36Le développement de l’oral est perçu comme fondamental aussi bien pour l’intégration en classe d’élèves à besoins particuliers que pour l’accueil et la scolarisation d’élèves d’origine non francophone. Dans les deux cas, au-delà des mesures d’appui spécialisées et de l’éventuel allègement des programmes, l’oral reste le principal moyen de socialisation et de médiation des apprentissages.

Potentialités des dispositifs examinés pour l’enseignement spécialisé

37Dans les dispositifs d’enseignement élaborés pour les classes spécialisées, les étudiants articulent le choix du projet et la description des troubles qui caractérisant le regroupement d’élèves (troubles du spectre de l’autisme (TSA) ; dysfonctionnements cognitifs ; déficit d’attention et hyperactivité (TDAH) ; problèmes comportementaux, intégration de non-lecteurs). Ces articulations ne sont toutefois pas toujours explicites.

38Les projets sont intégrateurs, car ils combinent des objets disciplinaires et des objectifs divers : le développement de la motricité fine, par des activités de découpage et de collage sur une page et la compréhension écrite et orale ainsi que l’entrée dans l’écrit ; la compréhension d’une fable pour participer à un atelier de philosophie ; la compréhension d’une planche de la bande dessinée par l’intermédiaire d’une lecture théâtralisée.

39Dans tous les projets, la volonté d’outiller l’élève prime. Divers matériaux sont mobilisés : supports oraux audio et vidéo ; fiches écrites servant de référence aux activités. Seul le projet sur l’exposé oral laisse les élèves sans canevas guidant la production orale. Lors de l’utilisation de moyens existants, les adaptations facilitent le travail des élèves.

40Les différentiations se font par un guidage plus serré de l’enseignant, qui encourage les élèves à participer aux activités, pose des questions pour vérifier l’engagement dans la tâche et la compréhension de celle-ci, procède à des réaménagements des groupes de travail dès que survient un dysfonctionnement. Ces régulations assurent l’implication des élèves dans la tâche, essentielle dans les interventions auprès d’élèves en difficulté.

41Ici aussi, les activités planifiées sont en accord avec les priorités du curriculum scolaire. L’inclusion éventuelle des élèves dans le cursus ordinaire en dépend. La conception des activités élaborées comporte toujours une réflexion sur les objectifs d’apprentissage et sur les prescriptions scolaires, explicitant les finalités, au-delà de leur caractère ludique et de leur attractivité.

42La démarche adoptée consiste systématiquement en un travail en séquence qui anticipe les étapes à suivre permettant aux élèves de progresser : un cheminement pas à pas, une diversification des démarches et des activités complémentaires alternatives pour aider les élèves qui ont plus de mal à suivre le collectif.

Six obstacles emblématiques pour la prise en compte des élèves en difficulté

43Au vu de l’analyse, les activités répertoriées présentent des limites, contiennent des paradoxes et des obstacles intrinsèques pour assurer des nouveaux apprentissages dans la continuité. Six principaux obstacles didactiques, des inadaptations des dispositifs, souvent liés au manque de considération des capacités des élèves retiennent notre attention :

1. L’absence d’une préparation préalable des contenus culturels abordés

44De façon générale, les dossiers présentent des situations très précises (par exemple la discussion ou le récit à partir d’une image) qui visent une prise de parole de l’élève à propos d’un autre domaine, qui est faiblement contextualisé (l’élaboration d’un exposé sur les chenilles, sans préparation, risque d’accentuer les différences entre les élèves). Aussi, la structuration du travail n’est pas anticipée. Sans une préparation préalable des contenus à développer, sans les outils situationnels, les activités d’expression orale risquent fort de ne pas refléter une construction collective. En effet, ce sont les élèves ayant développé ces comportements en dehors de l’école qui sont favorisés par la réalisation de ces activités. La centration sur l’expression de soi selon des approches culturelles qui ne sont pas connues par une partie des élèves favorise la réussite des élèves qui y sont familiarisés. Pour les élèves d’origine non francophone, les ressources familiales acquises par la famille sont difficiles à prendre en considération ; nous savons toutefois que la prise en considération exclusive du français en tant que langue et culture contribue à la dévalorisation de la langue d’origine et à l’insécurité linguistique des apprenants (Deprez, 1994/1999). Ces phénomènes d’insécurité sont particulièrement importants lorsqu’on privilégie des situations connues et maitrisées par une partie des élèves tandis que d’autres ont besoin d’un travail en amont pour pouvoir développer les modes d’expression.

2. Le caractère implicite des enjeux des situations de communication

45Ces situations, centrées sur la motivation et sur le jeu, ne fournissent pas des outils situationnels explicites pour permettre une meilleure compréhension des enjeux. Le manque de contextualisation et d’outils situationnels de la majorité des activités proposées fait en sorte que l’on se base sur l’interprétation des élèves afin que ces derniers produisent de l’oral. C’est comme si les étudiants présumaient que le but communicatif, le rôle d’énonciateur, le destinataire, le genre étaient déjà connus des élèves. Du coup, les élèves plus familiers du genre peuvent avancer alors que ceux qui ne disposent pas d’une représentation de la situation de communication ne comprennent que partiellement la tâche à réaliser. Les activités prévues ne permettent pas aux jeunes locuteurs d’enrichir leurs représentations sur les paramètres de la situation ; leur perspective pragmatique est donc limitée.

3. L’opacité des objectifs sur l’oral

46Les objectifs sur l’oral et la langue française ne sont jamais évoqués ou anticipés explicitement. Les situations proposées sont souvent en continuité avec l’écriture et la lecture ou se présentent comme interdisciplinaires, c’est-à-dire au service d’autres apprentissages. L’oral apparaît comme subordonné à d’autres apprentissages et il n’est enseigné qu’incidemment, à l’occasion d’activités diverses et peu contrôlées par l’enseignant. L’oral n’est jamais proposé comme un objet d’enseignement autonome. Si l’articulation et les interactions entre oral et écrit ou entre le français et les autres disciplines sont intrinsèquement intéressantes, elles ne peuvent pas prendre la place d’un enseignement plus systématique de l’oral, notamment pour les élèves dont les besoins particuliers l’exigent. L’obstacle majeur des situations de communication orales analysées concerne l’absence d’objectif d’apprentissage sur les dimensions de l’oralité et des capacités linguistiques en français à développer. Au-delà des aspects ludiques et sociaux de la prise de parole, l’absence d’objectifs langagiers empêche l’élève de comprendre l’intérêt du travail scolaire. Pour l’enseignant, la situation peut ainsi devenir une simple situation d’animation à objectifs variables ou improvisés. Le défi d’une ingénierie didactique qui prend en considération les élèves en difficulté implique une évaluation des besoins, un ajustement aux obstacles et un choix des dimensions langagières à travailler.

4. La multiplication des tâches et des objectifs

47Beaucoup des séquences d’enseignement multiplient les activités, mais aussi les objectifs d’apprentissage. Cette diversité de tâches et d’objectifs peut amener la perte du fil rouge de la séquence par l’élève. Ici, il est important de distinguer les séquences d’enseignement centrées sur l’expression orale (le récit de vie oral) de celles qui se donnent d’autres objectifs (la lecture expressive d’une planche de BD, la participation à un atelier philosophique) et celles où l’oral est l’outil pour développer ces objectifs (l’entrée dans l’écrit ; la compréhension d’un album et les connaissances encyclopédiques sur l’Égypte). Les séquences d’enseignement au service d’objectifs en lien avec l’expression orale offrent plus de cohérence aux élèves, leur permettent de comprendre le pourquoi des activités et risquent moins de les éloigner des tâches. Ces séquences prévoient d’ailleurs un travail sur des ressources langagières associées au genre étudié.

5. L’absence de modèles et de corpus de référence pour l’apprenant

48Les activités proposées font rarement référence à une pratique sociale de référence ; les élèves ne peuvent voir comment ces pratiques ont cours en dehors de l’école. En l’absence d’articulation entre les pratiques langagières scolaires et celles à réaliser en dehors de l’école, la scolarisation de l’oral procède souvent sans référence et sans projection sur les transferts à réaliser. En laissant une très grande liberté d’expression aux élèves, il semble plus difficile de proposer des activités à contours variés et délimités, favorisant la construction d’une pratique langagière. Si le travail proposé se base sur des approches culturelles favorisant la réussite des élèves qui y sont familiarisés, il est possible que l’enseignement ne soit pas le plus adéquat pour ceux qui ont des besoins particuliers. En outre, si l’oral poursuivi est un oral ne faisant référence qu’à l’écrit normé, nous ne sommes pas surs non plus que le travail soit porteur pour le développement de l’expression orale des élèves. Ce lien avec des pratiques sociales de référence nécessite la constitution d’un corpus de textes oraux qui agissent comme des modèles et qui aident les élèves à se représenter le texte oral à produire ou à comprendre. C’est grâce aussi ce corpus que l’on favorise une prise en compte des dimensions de l’oralité.

6. La faible anticipation des processus d’apprentissage à réaliser de la planification de la progression

49Les formes de simplification de la tâche et le temps limité de l’activité concourent à ce que certaines activités dans les dossiers des étudiants tiennent davantage à de l’animation ou du jeu. À force de simplifier, certaines tâches perdent de leur sens, car elles ne permettent plus le développement pas-à-pas d’un apprentissage. L’on pense ici, par exemple à la reprise de quatre mêmes activités dans le cadre du travail de l’album ou, encore, à une grille d’écoute du documentaire qui prémâche le travail de compréhension orale des élèves. Ces tâches, qui risquent fort de ne pas générer des apprentissages transférables à d’autres contextes, n’apportent pas beaucoup du point de vue de l’apprentissage de la communication. Par contre, dès que la tâche est plus complexe, le fait de proposer des activités de courte durée, sans anticiper une continuité, ne permet pas d’envisager le progrès des élèves à moyen ou à long terme et d’aborder la transformation de leurs capacités grâce à des procédures et des formes d’étayage adéquates. La progression des apprentissages des élèves n’est pas anticipée. La majorité des activités sont ponctuelles et ne sont pas structurées. Ceci est particulièrement négatif pour les élèves en difficulté qui ont besoin d’être guidés à chaque étape de l’apprentissage, en accord avec les principes d’un enseignement explicite. Ici, nous ne pouvons que réitérer l’importance de lier le projet de communication proposé aux besoins spécifiques des élèves. De Weck et Rosat (2003) insistent sur une nécessaire prise en compte du niveau actuel de développement de l’élève, et sur l’importance de formuler des hypothèses sur son niveau langagier potentiel afin d’établir des objectifs d’apprentissage qui soient dans la ZPD de l’élève. Pour ce faire, l’établissement des objectifs et des tâches doit se baser sur une évaluation préalable des capacités orales des élèves.

Conclusion

50À l’issue des analyses réalisées sur l’enseignement de l’oral en classe hétérogène et en contexte spécialisé, nous pouvons mettre en évidence une série de principes didactiques de base d’un enseignement de l’oral à visée inclusive.

51Le premier concerne l’inscription de l’enseignement de l’oral dans une pédagogie des situations de communication variées avec une dominance du récit et des situations de jeu. La priorité de ces situations est de permettre à tous les élèves de s’exprimer à l’oral. Ces situations sont ancrées dans des projets didactiques de genres textuels, elles donnent une importance majeure au travail collectif de la classe et, malgré le contexte des classes spécialisées, prennent comme référence les orientations des nouveaux plans d’études. L’oral est donc perçu par les enseignants comme un outil majeur d’intégration et de socialisation des élèves à besoins particuliers leur permettant d’apprendre les uns des autres.

52Le deuxième principe concerne l’articulation de l’oral à la lecture et à l’écriture, d’une part, et à l’enseignement d’autres disciplines scolaires, d’autre part. L’oral est mis au service de la médiation d’autres apprentissages et de la pluridisciplinarité. Cependant, à côté de ces démarches pluridisciplinaires ou cherchant une interaction entre l’écrit et l’oral, nous constatons aussi la naissance de démarches qui se donnent pour objet un travail centré directement sur l’oral selon le prototype d’une modélisation d’un genre textuel et visant la conception de prototypes de séquences didactiques articulant les dimensions macro et micro du genre de texte.

53Le troisième principe concerne l’effort d’adaptation aux possibilités d’apprentissage des élèves, la simplification ou la décomposition des tâches et la mobilisation de supports à l’appui pour rendre possible l’entrée des élèves dans la situation de communication. De ce point de vue, les séquences proposées pour l’enseignement spécialisé se différencient par un travail davantage outillé et organisé en étapes de manière à faciliter l’apprentissage.

54À côté de ces principes de base, nous constatons aussi des limites aux dispositifs examinés par nos études. Les évaluations de capacités initiales des élèves pour préciser les besoins langagiers à l’oral sont généralement intuitives ou simplement absentes. La définition des dimensions à travailler pour les genres oraux choisis et leur transposition fait rarement l’objet d’une réflexion de la part des enseignants. Très souvent, les modes d’intervention visent à fournir l’occasion aux élèves de s’exprimer plutôt que de les mettre en position de recherche vis-à-vis des savoirs à acquérir.

55De manière à enseigner l’oral dans une visée inclusive, cinq grands défis méritent d’être relevés : 1) la prise en considération des capacités langagières des élèves en difficulté ; 2) le pointage d’objectifs langagiers relatifs aux genres textuels abordés en fonction de ces difficultés ; 3) l’anticipation de stratégies d’étayage et de régulation des apprentissages ; 4) une planification de la progression des apprentissages à l’intérieur de la séquence d’enseignement, mais aussi sur le moyen et le long terme et, enfin, 5) l’élaboration des dispositifs d’évaluation. La validité didactique des dispositifs dans le cadre d’une école inclusive exige l’analyse de la mise en pratique de séquences dans différents contextes scolaires ; ces analyses devront prendre en considération non seulement les effets pour l’ensemble des élèves, mais aussi la faisabilité de la conduite de ces séquences, sur le plan de l’étayage et des différentiations à apporter.

56Ces analyses des travaux d’étudiants constituent aussi des retours critiques sur la formation reçue par les futurs enseignants, concepteurs des dispositifs analysés. De telles rétroactions constituent des apports pour le développement de compétences professionnelles, qui vient enrichir l’accompagnement, le suivi des interventions lors des stages. La formation des enseignants est d’ailleurs une condition essentielle pour rendre possible un enseignement de l’oral à visée inclusive.

Haut de page

Bibliographie

Boisseau, Ph. (2005). Enseigner la langue orale en maternelle. Paris : Retz & CRDP de l’académie de Versailles.

Broi, A.-M., Soussi, A. (1999). Comprendre l’oral n’est pas si facile ! Bulletin d’information de la CIIP et l’IRDP, 1-8 (consulté sur Internet http://www.unine.ch/irdp/).

Canut, E. Bruneseaux-Gauthier, F. et Vertalier, M. (2012). Des albums pour apprendre à parler. Nancy : CRDP.

Capul, M. & Lemay, M. (1996). De l’éducation spécialisée. Montréal : Presses de l’Université de Montréal.

D’Addona, J. & Naji, L. (2009). Études des pratiques d›enseignement du français dans une école d›enseignement spécialisé de niveau primaire à Genève. Maitrise en Sciences de l’éducation, Université de Genève.

De Weck, G. & Rosat, M.-C. (2003). Troubles dysphasiques. Comment raconter, relater, faire agir à l’âge pré-scolaire. Paris : Masson.

Dolz, J. & Abouzaïd, M. (2015). Pluralité des genres et singularité du texte : tensions constitutives de la didactique des langues. Forum Lecture, 2. Consulté le 14.09.2015 sur http://www.leseforum.ch/myUploadData/files/2015_2_Dolz_Abouzaid.pdf

Dolz, J. & Schneuwly, B. (1998). Pour un enseignement de l’oral. Paris : ESF.

Dolz, J., Noverraz, M. et Schneuwly, B. (2001). Séquences didactiques pour l’oral et pour l’écrit. Bruxelles : De Boeck, volume II (3e/4e).

Deprez, C. (1994/1999). Les enfants bilingues : langues et familles. Paris : Didier.

Gagnon, R. (2010). Former à enseigner l’argumentation orale. De l’objet de formation à l’objet enseigné en classe de culture générale. Thèse de doctorat en sciences de l’éducation. Université de Genève (non publiée).

Gagnon, R. (2011). Enseigner et apprendre la communication orale au secondaire. Analyse comparative de matériel didactique québécois et suisse-romand. Saarbrücken : Éditions universitaires européennes.

Garcia-Debanc, C. & Plane, S. (2004). Comment enseigner l’oral à l’école primaire ?. Paris : Hatier.

Gombert, A. & Roussey, J.-Y. (2007). L’intégration en classe ordinaire d’élèves souffrant de troubles sévères du langage écrit : adaptations pédagogiques des enseignants de collège et de primaire. Repères, 35, 233-251.

Grandaty, M. & Turco, G. (Eds) (2001). L’oral dans la classe. Discours, métadiscours, interactions verbales et construction de savoirs à l’école primaire. Repères, 24-25.

Halté, J.-M. et Rispail, M. (2005). L’oral dans la classe. Compétences, enseignement, activités. Paris : L’Harmattan.

Hassan, R. (2012). La didactique de l’oral, d’un chantier à un autre ? Repères, 46,111-129.

Lafontaine, L. Dumais, C. (2014). Enseigner l’oral, c’est possible ! 18 ateliers formatifs clés en main. Montréal : Chenelière.

Laparra, M. (2008). L’oral, un enseignement impossible ? Pratiques, 137-138, 117-134.

Maurer, B. (2001). Une didactique de l’oral. Du primaire au lycée. Paris : Éditions Bertrand-Lacoste.

Nonnon, E. (1999). L’enseignement de l’oral et les interactions verbales en classe : champs de référence et problématiques. Revue française de pédagogie, 129, 87-121.

Nonnon, E. (2005). Entre description et prescription, l’institution de l’objet : qu’évalue-t-on quand on évalue l’oral. Repères, 31, 161-188.

Paour, J.-L. (1991). Un modèle cognitif et développemental du retard mental pour comprendre et intervenir. Thèse de doctorat de l’Université de Provence, Laboratoire de Psychologie du développement.

Pelgrims, G. (2006). Intention d’apprendre, peur de l’échec et persévérance des élèves en classes spécialisées : des composantes générales aux dimensions situationnelles de la motivation à apprendre. Thèse de doctorat en Sciences de l’éducation, Université de Genève.

Pelgrims, G. & Cèbe, S. (2009). Aspects motivationnels et cognitifs des difficultés d’apprentissage : le rôle des pratiques d’enseignement. Dans M. Crahay et M. Dutrevis (Eds). Psychologie des apprentissages scolaires (p. 111-135). Bruxelles : De Boeck.

Perrin-Glorian, M.-J. (2012). Comment améliorer l’enseignement des mathématiques pour tous, y compris les élèves de milieu social défavorisé ? Dans M.L Elalouf et A. Robert (Eds). Les didactiques en questions : état des lieux et perspectives pour la recherche et la formation (p. 101-110). Bruxelles : De Boeck

Schneuwly, B. (1994). Genres et types de discours : considérations psychologiques et ontogénétiques. In Y. Reuter (Ed.), Les interactions lecture-écriture (p. 155-174). Bern : Peter Lang.

Volochinov, V. (2010). Marxisme et philosophie du langage. Limoges : Lambert-Lucas, [Édition originale en russe : 1929].

Haut de page

Notes

1 La population enfantine et juvénile « en difficulté » recouvre des « catégories » de plus en plus diverses et des cercles de plus en plus larges (Capul & Lemay, 1996). Il faut donc se méfier des étiquettes. L’OCDE utilise le terme d’élèves à besoins éducatifs particuliers (en anglais, special needs éducation). « La caractéristique commune à tous ces enfants pris en charge réside dans des difficultés ou des troubles de l’apprentissage qui peuvent avoir des origines diverses cognitives, affectives, neuropsychologiques, psychopathologiques ou sociales » (D’Addona & Naji, 2009, p. 34). Ces difficultés ou de ces troubles doivent donc être interprétés dans les effets qu’ils ont sur les possibilités d’établissement de relations ou sur le développement des élèves.

2 Par exemple, les modèle didactique du genre, la séquence didactique, les grilles d’analyse de textes oraux ou d’interactions.

3 Passé les premiers apprentissages, il n’existerait pas de repères fiables sur lesquels s’appuyer pour déterminer les compétences linguistiques ou discursives que l’élève doit maitriser au fil de sa scolarité (Nonnon, 2005).

4 Par acte de parole, nous entendons ici un échange de quelque durée, nettement délimitée.

5 Nous tenons à les remercier de nous avoir laissés analyser leur travail dans le cadre du présent texte.

6 Le plan d’études romand accorde une place relativement importante à l’oral et détaille des apprentissages en lien à la compréhension et à la production. Il prévoit une série de genres oraux, à voir plusieurs fois au cours de la scolarité, avec des degrés d’approfondissement croissants.

7 Il s’agit de la dernière année de l’école primaire en Suisse, l’équivalent de la 6e année au Québec ou de la première année du collège en France.

8 Un regroupement spécialisé est un ensemble de classes spécialisées au sein d’une école ordinaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roxane Gagnon et Joaquim Dolz, « Enseigner l’oral en classes hétérogènes : quelle ingénierie didactique ? », Les dossiers des sciences de l’éducation, 36 | 2016, 109-129.

Référence électronique

Roxane Gagnon et Joaquim Dolz, « Enseigner l’oral en classes hétérogènes : quelle ingénierie didactique ? », Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 36 | 2016, mis en ligne le 15 juillet 2017, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://dse.revues.org/1405 ; DOI : 10.4000/dse.1405

Haut de page

Auteurs

Roxane Gagnon

Professeure au Haute École Pédagogique de Vaud, Suisse
roxane.gagnon@hepl.ch

Joaquim Dolz

Professeur ordinaire, Université de Genève, Suisse
Joaquim.Dolz-Mestre@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les dossiers des sciences de l’éducation est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org