Navigation – Plan du site
Varia

Au-delà de la philosophie de l’évaluation de parcours de formation et d’insertion professionnelle : une étude de cas

Cédric Frétigné
p. 89-104

Résumés

La « passion » évaluative conduit à tenter d’objectiver les dimensions les plus qualitatives des parcours de formation et d’insertion. Ces attentes évaluatrices ont des incidences fortes sur l’activité de travail ordinaire de celles et ceux qui ont la charge d’y contribuer (formateurs d’adultes) ou de la mettre en œuvre (chargés d’insertion). Partant d’une investigation empirique précisément située, cet article entreprend de montrer comment l’évaluation est mise en actes dans le cadre d’un dispositif créé par un Conseil général à l’occasion de l’instauration du Revenu de solidarité active (RSA).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis le vote de la Loi organique relative aux lois de finances du 1er août 2001 (Bezes, 2009), des dispositifs juridiques nouveaux encadrent strictement l’attribution de fonds publics. Avec la promulgation du nouveau code des marchés publics, le principe de la reddition de comptes s’est étendu à des secteurs qui, jusque là, lui étaient restés assez largement étrangers, dont celui de la formation. Les procédures mises en œuvre pour contrôler l’usage des fonds publics n’ont fait qu’intensifier la « passion évaluative » (Nouvelle revue de psychologie sociale, 2010) qui a gagné les Pouvoirs publics, en France, depuis la fin des années 1980. Ces réformes ont fait couler beaucoup d’encre. D’aucuns ont applaudi des deux mains à ce qui leur semblait être un geste fort en faveur de la transparence, de l’équité et de l’efficacité de l’action publique. En lieu et place des subventions et autres conventions annuelles ou pluriannuelles accusées de toujours profiter aux mêmes, la procédure de l’appel d’offre accompagnée de la production d’un cahier des charges a rencontré l’assentiment de nombreux réformateurs sociaux. En substance, cette réforme de l’État et des collectivités locales allait signer la fin des « copains coquins ». D’autres, plus circonspects, se sont interrogés sur le sens à donner à cette passion évaluative. La volonté de contrôle et les tentatives de rationalisation à tout crin ont été sévèrement dénoncées. Dans cet ensemble, les discours normatifs ont très largement voisiné avec les énoncés performatifs. De nombreuses analyses ont ainsi fixé des orientations jugées souhaitables ou annoncé, sur un mode quasi prophétique, les bienfaits qu’une saine évaluation procurerait sous réserve d’application méthodique. Beaucoup a ainsi été dit sur les attendus de l’évaluation et sur les possibilités d’en accroître l’efficacité ou d’en limiter les méfaits.

2Le projet qui anime cet article répond à d’autres considérations. Le propos n’est pas de discuter du bienfondé de l’évaluation, encore moins d’en proposer des applications plus performantes ou moins dirimantes. L’idée de départ est plus prosaïque. Prenant acte que des dispositifs d’évaluation existent et que des pratiques d’évaluation sont menées, l’ambition est d’analyser les pratiques professionnelles qui en relèvent. Comment des formateurs d’adultes ou des agents d’insertion font-ils avec les demandes qui leur sont faites d’accompagner des bénéficiaires de minima sociaux et/ou des demandeurs d’emploi de longue durée sachant que les parcours d’insertion feront l’objet d’une évaluation ex nihilo ? Comment ces professionnels de la relation avec et sur autrui (Demailly, 2008) aménagent-ils leurs pratiques de travail ordinaires pour répondre positivement aux demandes de résultats quantifiables tout en garantissant une écoute et une prise en compte individuelle de chacun ? Dans quelle mesure une place est-elle faite, dans les dispositifs d’évaluation, à des indicateurs qualitatifs prenant en compte la progression et des apprentissages vicariants, l’amélioration de la situation quand bien même celle-ci ne se traduirait-elle pas par une sortie du dispositif ou un retour à l’emploi ? Ainsi considérée, « l’évaluation devient une pratique sociale pertinente pour saisir le ‘réel des pratiques des acteurs’, des dispositifs et cadres d’actions » (Jorro, 2009, p. 7).

3La passion évaluative n’est pas un vain mot. Elle se manifeste en autant de dispositifs sociotechniques que le chercheur peut analyser à la loupe (Dujarier, 2010). Elle s’exprime plus encore dans l’activité ordinaire de professionnels qui sont appelés à faire avec ces demandes d’évaluation, lesquelles se muent parfois en autant d’injonctions paradoxales. Il leur est demandé d’être attentif à la singularité de la personne et de travailler en partenariat à la continuité de son parcours de formation ou d’insertion. Mais, simultanément, ils doivent justifier d’un taux de solutions au moins égal sinon supérieur à celui qui leur est imposé et qui, vu de loin, paraît hautement arbitraire. Il leur faut donc prendre en compte la personne dans sa spécificité dans le cadre d’un accompagnement global et, dans le même temps, la réduire à quelques données sociodémographiques sommaires dans la base de données informatiques qu’il convient de renseigner et ainsi restreindre les éléments de contexte à leur plus simple expression. Problème financier : oui/non ? Problème de santé : oui/non ? Problème de logement : oui/non ?

4Ce texte met un focus particulier sur une action, ici nommée « dynamique & projet », qui croise démarches de formation et démarches d’insertion. Dans une première étape, nous développons une perspective de recherche d’inspiration sociologique fondée sur la mise à l’épreuve empirique d’une certaine « philosophie de l’évaluation » que nous aurons l’occasion de détailler. Dans un second temps, nous pointons les enjeux du recours à l’évaluation pour les professionnels de la formation et de l’insertion eux-mêmes et les inquiétudes que cette démarche suscite chez eux. Une troisième partie pose le cadre général de l’action qui fait l’objet de notre analyse. Dans un dernier temps, nous détaillons un cas de bénéficiaire et rendons ainsi compte des différentes modalités d’évaluation opérées pour apprécier les effets et l’efficacité du dispositif. La conclusion ouvre sur des questionnements relatifs à l’analyse de ce que les professionnels font avec/de l’évaluation. Comment des professionnels qui se définissent, d’abord et avant tout, comme « chargés d’insertion », « formateurs d’adultes », « coordonateurs pédagogiques » ou « référents » assument-ils cette demande pressante d’évaluation tous azimuts ? Cela modifie-t-il le sens qu’ils donnent à leur activité professionnelle ? Cela leur procure-t-il des ressources supplémentaires pour réaliser leurs tâches journalières ou bien cela les contraint-il plus fortement ? Cela introduit-il des impossibilités d’exercice au regard des injonctions paradoxales générées.

Encadré méthodologique

5Les principes et modalités d’une « recherche dans l’action »

6Le protocole de recherche mis en œuvre peut être envisagé comme une « recherche dans l’action ». Un travail collaboratif mené avec six professionnels de structures associatives distinctes, spécialisés dans le champ de l’accompagnement social et professionnel, de la formation d’adultes et de l’insertion par le logement a été mené durant deux ans. Cette démarche, conduite à notre initiative et sans commande tierce, se distingue du modèle plus classique de la « recherche-action » en ce que les professionnels sont plus que de simples informateurs ou interlocuteurs (cas classique de la recherche-action) mais des acteurs engagés à nos côtés dans la recherche suivant un protocole détaillé ci-dessous. Et ce ne sont pas principalement les résultats produits par le chercheur extérieur mais essentiellement ceux générés par les investigations des professionnels qui, en retour, innervent leur activité professionnelle. Pour le dire autrement, si dans les deux cas, il s’agit bien d’une action délibérée visant la transformation de la réalité, la « recherche dans l’action » est une démarche « qui ne craint pas de coupler une approche soucieuse de conceptualisation et de rigueur méthodologique avec des approches à visée professionnelle, centrées sur l’amélioration des dispositifs et des pratiques » (Leclercq et Varga, 2010, p. 28).

7Partant de l’analyse détaillée des appels d’offre, cahiers des charges, annexes pédagogiques et financières, fiches action, fiches bilan, etc. relatifs aux dispositifs sur lesquels les professionnels étaient « positionnés », nous (les professionnels et l’auteur de ces lignes) avons d’abord cherché à repérer quels étaient les outils d’évaluation proposés et la part éventuellement réservée à des indicateurs qualitatifs. Une fois ce travail effectué, chacun des professionnels a produit des textes martyrs éclairant, de son point de vue, en quoi consistait son travail au jour le jour et la part que l’évaluation comportait dans l’ensemble. Plus précisément encore, nous avons interrogé la manière dont les interfaces télématiques étaient renseignées pour satisfaire aux exigences de l’évaluation, comment était « traduit » dans une application informatique un parcours individuel de formation ou d’insertion assez généralement sinusoïdal. Nous avons aussi cherché à repérer comment la « motivation » ou la « reprise de confiance en soi » de bénéficiaires d’actions visant la redynamisation était appréhendée, évaluée et rendue par les professionnels et comment les dispositifs d’évaluation se proposaient de la saisir.

La « philosophie de l’évaluation » et les pratiques d’évaluation effectives

8La question de l’évaluation connaît, en sciences humaines et sociales, un regain d’intérêt certain. Dernièrement, des numéros spéciaux de revue ont entrepris de faire état de la « passion évaluative » (Nouvelle revue de psychosociologie, 2010) qui gagne différents espaces sociaux ou d’interroger ce qu’évaluer signifie, en termes de normes de référence, valeurs véhiculées et pratiques effectives (Cahiers internationaux de sociologie, 2010). De cet ensemble de travaux et réflexions ressort une interrogation forte visant à distinguer le plus précisément possible deux acceptions possibles de l’évaluation : une mesure se voulant énoncée en extériorité, de manière neutre et objective, visant à fixer la contribution effective à la production de richesses ou au rendu d’un service ; une valeur, référant à des normes comportementales attendues, pointant l’état d’esprit général, l’effort consenti et appréciant l’adhésion au projet (qu’il soit d’entreprise, associatif ou dans le cadre d’un service public).

9Dans bien des cas toutefois, ce n’est pas le travail lui-même qui fait l’objet de l’évaluation, mais bien son résultat. Par une opération qui relève de la subsomption, de la conformité des résultats aux objectifs fixés ex ante est inférée la qualité du travail proprement dit. Inversement, de résultats jugés insatisfaisants naît un doute sur la (piètre) qualité du travail et une interrogation sur les compétences et le professionnalisme de la personne considérée.

10Partant de ce cadre général d’analyse, nous souhaitons ici mettre l’accent sur la manière dont les évaluations de dispositifs d’insertion sociale et professionnelle contribuent incidemment à la production d’une mesure et à l’énoncé d’un jugement sur la qualité du travail des chargés d’insertion et des formateurs d’adultes. « Évaluer un projet, précise Jean-Pierre Boutinet (2010, p. 197), ne saurait […] résulter d’un jugement absolu mais relève bien d’un jugement relatif au regard de l’instance qui évalue, de l’objet sur lequel porte l’évaluation, des acteurs en charge de ladite évaluation et du moment où se déroule l’opération ». Étudier cet ensemble d’opérations sociales revient donc à saisir, en actes, ce qu’évaluer veut dire.

11Dans ce cadre, notre propos se distingue d’une philosophie de l’évaluation. On cherche moins à extraire les fondements épistémologiques et à discerner le substrat axiologique de l’évaluation qu’à rendre compte des formes de raison pratique qui émergent en situation d’évaluation. Néanmoins, on ne peut sérieusement passer sous silence les tenants et aboutissants d’une activité sociale -l’évaluation- qui pénètre de plus en plus fortement au cœur des organisations, quelles que soient leur raison sociale et les finalités qu’elles poursuivent.

12Dans le but d’en proposer une critique en règle, Danilo Martuccelli (2010) s’est dernièrement employé à distinguer les formes élémentaires de cette philosophie de l’évaluation. Sans revenir sur l’ensemble de ses développements, on peut souligner les principes qui structurent et légitiment le recours à l’évaluation, évaluation le plus fréquemment fondée sur des indicateurs quantitatifs de performance.

13« Tout est mesurable » constitue la pierre angulaire de cette philosophie. L’irréductible hétérogénéité des univers de sens est battue en brèche par le postulat d’une possible (et nécessaire) comparaison des éléments signifiants. Sur cette base, des règles d’équivalence sont forgées, des constructions par analogie établies, de la consubstantialité est trouvée.

14« Évaluer garantit le respect d’un principe de justice sociale ». Sur le terrain des grands principes démocratiques, ensuite, l’évaluation est présumée dire en toute objectivité ce que chacun vaut réellement. Échappant ainsi à toute appréciation biaisée au regard des pratiques de népotisme et plus généralement de favoritisme, l’évaluation s’offrirait comme le point d’appui méthodologique de la méritocratie.

15« Évaluer génère une juste répartition des pouvoirs » constitue le troisième atout reconnu à cette pratique sociale. Rendant transparent ce qui restait opaque, technicisant à des fins d’objectivation ce qui semblait subjectif et orienté, l’évaluation permet de dégager une élite (des individus, des organisations) crédible, compétente, à laquelle il paraît légitime de confier les rênes du pouvoir.

16« Évaluer est gage d’efficience dans les organisations ». Fondée sur un principe d’allocation rationnelle des ressources, l’évaluation fait gagner en efficience, rend optimal le rapport entre les inputs engagés et les résultats observés. Économie d’énergie, gain de temps, restriction des coûts financiers, l’évaluation est fondatrice d’un modèle de développement qui fait la chasse aux gaspillages, aux temps morts de l’activité, aux « grosseurs » dans les organisations.

17« Évaluer est source d’efficacité ». Efficientes certes, mais tout bonnement efficaces, les activités conduites suivant les principes de l’évaluation gagnent en pertinence et rendent les services voulus. La pratique de la comparaison systématique, dite du benchmarking, conduit à l’importation d’idées nouvelles, à l’abandon de routines jugées improductives et à l’intronisation de préceptes managériaux à prétention universelle.

18« Il y a une dimension performative de l’évaluation ». Qu’advient-il des pratiques routinières et ordinaires quand un pilotage par l’aval devient manifeste, lorsque l’on sait que l’activité présente sera, un jour prochain, mesurée à l’aune d’indicateurs quantitatifs ? L’idée promue est ainsi qu’en prévision de la prochaine évaluation, l’activité des individus et des organisations soit de manière croissante organisée par référence aux attentes qui seront formulées par l’évaluateur. C’est pourquoi le rapprochement temporel des évaluations est également pratiqué afin de transformer le rapport à l’activité ordinaire et de maintenir salariés et/ou organisations sous pression. Le « fin du fin » consiste évidemment à actualiser en temps réel, grâce à des outils informatiques de plus en plus puissants, des tableaux de bord pour permettre à l’évaluation elle-même de devenir continue et permanente.

19« Évaluer accroît la légitimité des organisations ». L’évaluation est présumée affermir la légitimité des dirigeants et contribuer à la production d’une société pacifiée. Technicité, scientificité et objectivité des procédures, outils et indicateurs sont tenus pour les meilleurs gages de l’efficacité, de l’efficience et de la transparence des prises de décision. La légitimité des élites et de leurs actions gagnerait ainsi à être fondée en toute rationalité, par la commande initiale d’évaluations en tout genre et sur tout sujet. Last but not least, de ces processus de rationalisation pourrait naître une société (enfin) rationnelle ou plus rationnelle, coupant court avec les romantismes surannés, le bricolage institutionnel, des décisions politiques irrationnelles, des stratégies économiques construites en aveugle, etc.

20La philosophie de l’évaluation a donc de solides arguments à faire valoir. On pourrait, avec Martuccelli, les décortiquer voire les démonter un par un. Il suffit toutefois, pour notre propos, d’en avoir évoqué les principes. Ce court développement rend explicite la difficulté, pour les acteurs sociaux, de s’en affranchir. S’ils subodorent bien que, sous ses beaux atours, l’évaluation remplit d’autres fonctions que celles explicitement affichées, ils se sentent assez fréquemment écrasés sous le poids des grands principes qui en régissent le fonctionnement officiel.

Des professionnels sous évaluation

21On sait la difficulté à apprécier la contribution productive propre à chacun. La sociologie du travail a, de longue date maintenant, mis l’accent sur la nécessaire prise en compte des formes de coordination et de coopération qui rendent très largement inappropriées les évaluations individuelles des salariés (Aballéa et Lallement dir., 2007). Ce qui vaut pour l’emploi industriel vaut plus encore dans le cadre d’activités de service, fondées sur un principe de « collaboration » interactionnelle entre le vendeur et le client, le fonctionnaire et l’usager, etc. (Cahiers du genre, 2008)

22Comment évaluer, en propre, l’activité de travail de ces professionnels de la relation ? Pour résoudre les problèmes liés à l’inextricable complexité des compétences mobilisées, la solution adoptée consiste de fait à recourir à une évaluation indirecte, fondée sur une logique de dérivation. Évaluant l’efficacité des résultats d’un dispositif public, les évaluateurs en inféreront l’efficacité de la réponse apportée par le mandataire. Et pour rendre compte de l’efficacité à géométrie variable des opérateurs financés sur fonds publics, les évaluateurs procéderont à une deuxième inférence les conduisant à se prononcer sur l’efficacité du travail des formateurs et des chargés d’insertion eux-mêmes. Le saut qualitatif opéré conduit les professionnels concernés à mentionner qu’ils ne se « retrouvent » ni dans les procédures déployées, ni dans les résultats annoncés. Il leur semble que leur activité effective n’est pas prise en compte, mieux, qu’elle fait office de point aveugle de la démonstration. Dès lors, on comprend que puisse naître des regrets voire de l’amertume à l’endroit de démarches d’évaluation qui rendent si infidèlement compte de l’exercice professionnel dans ses attributs les plus ordinaires. Dans ce cas de figure, l’évaluation est rarement vue comme formative mais présente tous les atours de la sanction. L’évaluation est redoutée, par avance délégitimée, si possible tenue à distance. Et l’on en arrive parfois à la situation que l’évaluation visait précisément à éviter : le repli sur le quant à soi et l’apathie comme réponses à l’injonction évaluatrice (Foudriat, 2011).

23Le propos de article, répétons-le, ne consiste pas à prendre fait et cause pour tel ou tel segment de la chaîne de l’évaluation. Très prosaïquement, on cherche à repérer ce qu’évaluer veut dire, ce qui implique, entre autres, de s’intéresser aux questions suivantes (même si toutes ne trouvent pas nécessairement réponse) :

24- Qu’est-ce que l’évaluation engage en termes de connaissances produites ?

25- Que donne-t-elle à voir de l’activité effective des opérateurs ?

26- Quels usages sociaux en font les différents protagonistes ?

27- Sur quels points les controverses se nouent-elles et sur quels terrains les accords s’établissent-ils ?

« Dynamique & projet » dans le cadre du Revenu de solidarité active (RSA)

28Pour apporter des éléments de réponse à cette série d’interrogations, nous nous attacherons à l’étude d’un dispositif précis et montrerons comment elles trouvent (ou non) réponse en son sein. Avant d’entrer dans le vif du sujet, il importe de mentionner quelques éléments de contexte nécessaires à la compréhension des enjeux sociaux de sa mise en œuvre.

29Le rôle de « chef de file » de l’insertion au niveau départemental a été confié par le législateur aux Conseils généraux par la loi du 1er décembre 2008. Après qu’une série d’expérimentations sociales aient été conduites dans 34 départements à compter de mai 2007 et après évaluation du dispositif du RMI (Revenu minimum d’insertion), le RSA a été généralisé au 1er juin 2009. Sans entrer dans tous les détails, on peut rappeler que du point de vue du gouvernement nommé après les élections présidentielles de 2007 qui ont conduit Nicolas Sarkozy au pouvoir, le I de RMI ne fonctionnait pas ou de manière insatisfaisante. Rabattant progressivement l’indétermination initiale du I (voulue par le législateur par la loi du 1er décembre 1988 portant création du RMI) sur son seul volet professionnel, les décideurs publics ont fini par dénoncer son inefficacité. Sans parler des stigmatisations récurrentes de la « culture du RMI », il est apparu aux représentants de la majorité présidentielle que le RMI avait vieilli et qu’il ne permettait plus, contrairement à ce qu’indique son acronyme, une insertion pleine et entière. C’est notamment pour « activer les dépenses passives » et lutter contre la présumée « désutilité du travail » générée par l’attribution du RMI à de (trop) nombreux allocataires que le vent de réforme a été annoncé, d’abord avec l’essai du RMA (revenu minimum d’activité) puis avec le RSA (Lelièvre & Nauze-Fichet dir., 2008).

L’activation sous couvert de « dynamique » et de « projet »

  • 1 Il est possible de passer les marchés en les « allotissant » selon l’expression consacrée par le co (...)

30Le plan départemental d’insertion (PDI) du Conseil général considéré comporte différents volets que nous ne ferons ici qu’énoncer, pour mieux nous concentrer sur l’action « dynamique & projet ». Les appels à projets 2010 se déclinent en deux pôles, de taille singulièrement disproportionnée. Le premier, dédié aux « parcours lien social », comprend deux actions : « Dynamique & projet » et « chantier d’insertion ». Le second, consacré aux « parcours emploi », est quant à lui découpé en huit « plis » ou « lots »1 allant d’actions de « bilan diagnostic orientation » à du « placement en emploi ».

31Le cahier des charges de l’action « dynamique & projet » vient en soutien de la politique départementale en faveur des allocataires du RSA. Au regard de diagnostics territoriaux sans ambiguïtés, les moins de 35 ans sont plus particulièrement ciblés par les politiques d’insertion. Afin de mobiliser l’ensemble des réseaux professionnels et associatifs concernés mais également pour mieux mutualiser les ressources, le président du Conseil général a entrepris de lancer un « pacte territorial d’insertion » dont les allocataires du RSA sont censés être les premiers sinon uniques bénéficiaires. Sans grande surprise, les finalités attendues de l’action « Dynamique & projet » sont de « favoriser l’accès à un emploi durable et de qualité tant en termes de statut que de type d’activité » et, en amont, de « proposer un accompagnement ‘vers et dans l’emploi’ de qualité ». Des « objectifs » et « résultats concrets » (tous termes soulignés dans le document) sont escomptés en matière d’accélérations et de sorties durables en emploi, de prévention contre la « rechute » dans le dispositif en cas de sortie positive et contre l’entrée des jeunes au RSA. Inscrite dans le pôle « lien social » du PDI, cette action doit également contribuer à « mieux accompagner la diversité des situations individuelles et familiales » et « faire progresser qualitativement l’orientation et la prise en charge des bénéficiaires ». Le document précise que « des indicateurs d’évaluation seront mis en place pour mesurer l’atteinte de ces objectifs opérationnels », sans que l’on n’en sache plus à ce moment du cahier des charges.

32Par priorité, les allocataires du RSA seront adressés au Pôle emploi. La politique du Conseil général est donc claire. Les parcours financés sur les fonds de la collectivité départementale s’adresseront « aux publics non pris en charge dans le cadre ou pour lesquels le besoin d’une intervention complémentaire spécifique est avéré ». « Dynamique & projet », peut-être plus encore que les autres actions financées par le Conseil général, concerne donc les allocataires les plus éloignés de l’emploi, selon une formule qui fait aujourd’hui florès dans les milieux de l’insertion professionnelle. Le profil des organismes répondant spécifiquement au cahier des charges « dynamique & projet » sont, quant à eux, ainsi définis : « [ils] réalisent un diagnostic personnel, familial et professionnel sur la base duquel ils construisent avec le bénéficiaire un projet social et/ou professionnel qu’ils accompagnent dans sa réalisation ».

33Dans le cahier des charges, les qualités attendues de l’opérateur emportant le « pli » ou le « lot » et par les professionnels exerçant en son sein sont annoncées par quelques verbes d’action : restaurer, faire accéder, repérer, mobiliser, suivre. Plus précisément, l’ambition affichée est de « restaurer les compétences des personnes ou leurs potentialités afin de les conduire à la construction d’un projet personnel, social, familial et/ou professionnel permettant à terme l’accès ou le retour à l’emploi » ; « faire accéder les personnes aux droits sociaux et les mobiliser pour une orientation privilégiant les actions de droit commun » ; « repérer, mobiliser et suivre les personnes en très grande précarité échappant aux dispositifs de droit commun ou spécialisés ».

34Bien qu’on ne trouve pas trace, dans ce premier document, d’éléments précis en matière d’évaluation, on sent poindre quelques indicateurs lorsque sont mentionnées les obligations contractuelles du soumissionnaire. Il s’agit en premier lieu de s’assurer que tous les bénéficiaires de l’action disposent bien de l’ensemble des droits sociaux auxquels ils peuvent légitiment prétendre. Il s’agit ensuite, et dans chaque cas, d’élaborer un projet personnel et/ou professionnel prenant en compte les capacités existantes de l’allocataire. Il s’agit enfin de le personnaliser, de même que l’accompagnement à sa réalisation. Néanmoins, par méfiance à l’endroit de la religion du projet personnalisé, il est bien rappelé que cette démarche ne constitue pas une fin en soi mais n’est qu’un moyen en vue de permettre à chaque allocataire d’« atteindre des objectifs réalistes d’amélioration de sa situation personnelle ou professionnelle ». Ces exigences trouvent leur traduction sous forme d’écrits à produire (une fiche individuelle récapitulative des éléments de parcours et de sa suite) et de données chiffrées à communiquer (« orienter au moins 50 % des bénéficiaires suivis sur des actions visant la construction ou la réalisation d’un parcours professionnel adapté ou vers l’emploi »). C’est donc une synthèse des parcours, allocataire par allocataire, qui est demandé. On verra plus tard comment les données individuelles, agrégées sur une base informatique, permettent au Conseil général de s’assurer qu’au moins 50 % des « mesures » ont donné lieu, au terme du parcours, à une orientation à finalité professionnelle.

35Dans la pratique administrative, l’évaluation se réduit assez fréquemment au « contrôle de service fait ». Dans le cas présent, trois ensembles de productions doivent être réalisées. En premier lieu, une application informatique nommée ÉPI (« Évaluation des parcours d’insertion ») doit être alimentée (cf. infra) pour la production de données statistiques par agrégation d’informations individuelles. Des indicateurs d’activité absolus (nombre de personnes intégrées) ou relatifs (nombre de synthèses établies sur le nombre de personnes, nombre de participants à des actions de mobilisation sur le nombre total de personnes) pourront ainsi être produits, à l’échelon départemental, par territoire, par profil d’allocataires et, surtout, par organisme financé. L’établissement d’indicateurs de résultats attendus est ensuite rendu possible : nombre de personnes sorties avec un projet parmi l’ensemble, avec un dédoublement possible entre projet social et familial d’une part, projet professionnel de l’autre. Le rédacteur du cahier des charges prend alors garde d’ajouter que « ces indicateurs pourront être complétés, le cas échéant, par tout autre indicateur jugé utile par le Département et le porteur de projet ». « Rapports intermédiaires et finaux d’évaluation pédagogique » forment une deuxième série d’éléments qui doivent être communiqués. Chacun de ces supports fait état de l’ensemble des démarches initiées avec l’allocataire et argumente les évolutions et autres adaptations opérées durant l’accompagnement du parcours. Des annexes techniques et financières dûment renseignées sont enfin censées permettre un contrôle de la bonne exécution de la convention.

Un exemple de suivi de parcours dans « dynamique & projet »

36Une fois la réponse au cahier des charges acceptée (reprise dans ses grandes lignes des attendus du document) et la convention signée, l’action peut commencer. Nous proposons ici de nous focaliser sur le cas d’une allocataire du RSA suivie par le conseiller en insertion qui participait au groupe de travail bimensuel dont nous avons fait part en introduction. Nous ne cherchons pas ici la représentativité mais tâcherons de souligner le caractère exemplaire des éléments d’information collectés. À un premier niveau, il s’agit de montrer la complexité des parcours rencontrés et la palette des interventions assurées par le professionnel. À un second niveau, il s’agit déjà d’entr’apercevoir combien les outils d’évaluation peuvent paraître inappropriés au conseiller en insertion au regard des simplifications qu’ils invitent à opérer dans la restitution des trajectoires. Nous verrons ensuite très précisément comment l’épure biographique rapportée ci-dessous est résumée sous ÉPI et les insatisfactions que l’exigence d’évaluation sommative suscite chez le professionnel.

37Une femme que l’on prénommera ici Marie a intégré l’action « dynamique & projet » à la demande de son assistante sociale, le 16 janvier 2009, dans le cadre de son suivi RMI (et aujourd’hui RSA). Elle est ainsi décrite par le chargé d’insertion, psychologue de formation, qui la suit depuis cette date : « elle ressemblait à une femme Turque perdue en France ». Les éléments recueillis lors du premier entretien ont amené le professionnel à poser le « diagnostic psychosocial » suivant : des problèmes de maîtrise de la langue française, des violences conjugales, une confiance en soi limitée ; la présence au domicile d’un enfant autiste de 10 ans, dont elle s’occupe toute la journée ; aucune expérience professionnelle en France ; une forme de repli communautaire réduisant à la portion congrue les contacts avec des Français ; des droits non ouverts. Il semble alors évident au chargé d’insertion que « sans une remise à plat préalable des problématiques familiales, Marie ne serait pas en mesure de libérer du temps et de l’énergie pour une recherche d’emploi ».

38Dès le mois de février 2009, les questions familiales se sont imposées. Marie veut divorcer parce que son mari a décidé de vivre en alternance entre la Turquie et la France, par période de 6 mois, en laissant sa famille en France. C’est effectivement ce qu’il fera, laissant son épouse seule en France avec son fils autiste et son aîné de 22 ans, très perturbé par les évènements familiaux. Mesurant l’impact de cet abandon, le professionnel propose à Marie de participer à tous les ateliers de l’organisme de formation porteur de l’action « dynamique & projet », afin qu’elle gagne en repères et rythme ses journées. De fait, elle va effectivement s’inscrire à cinq ateliers (« groupe de parole » ; « multimédia » ; « culture du cœur », « écriture créative », « techniques de recherche d’emploi »). Au sein de ces groupes, elle va rencontrer d’autres personnes suivies, lesquelles n’appartiennent pas nécessairement à la communauté turque du territoire. Elle va alors rencontrer des femmes ayant également connu des problèmes de couple et s’engager dans des pratiques d’entraide qui vont lui permettre de se sentir reconnue et utile.

39Dans le cadre des entretiens individuels avec le chargé d’insertion, le travail d’écoute occupe une place importante. Marie se livre peu, du fait de ses difficultés en français, mais également par pudeur. Dans le cadre de l’atelier d’écriture, elle participe à un cycle consacré aux droits des femmes, avec pour objectif d’organiser une journée citoyenne dans un marché couvert. Elle ne participe pas beaucoup à l’oral, mais écoute, est surprise, adhère aux discours du groupe qui devient militant. À l’écrit, Marie produit des textes courts et pudiques, des aphorismes fondés sur ses expériences de vie. Par exemple : « En France, les femmes ont des droits et elles le savent. En Turquie, elles ont aussi des droits, mais elles commencent seulement à le savoir. » ; « Ta mère, elle n’avait pas de droits et elle subissait. Toi, tu as gagné des droits et tu subis quand même. »

40En mars 2009, Marie commence à s’exprimer sur les violences causées et subies par son fils autiste. Elle évoque aussi le rejet que son mari exprime à l’endroit de son fils. La recherche d’une place en Institut médico-éducatif (IME) pour la rentrée 2009-2010 aboutira après six mois de recherches laborieuses. En avril, Marie parle de son fils aîné de 22 ans qui, en l’absence du père, s’alcoolise fréquemment et cause des problèmes sur son lieu d’exercice professionnel.

41En parallèle et depuis le début, un travail sur l’« employabilité » de Marie est effectué. Mise en forme d’un CV, entraînement à l’entretien d’embauche, suivi d’exposés sur le marché de l’emploi et connaissance du bassin local de l’emploi sont au programme. En particulier, elle assiste à des « forums emploi » et apprend à se présenter à un employeur. En mai et juin, parallèlement aux efforts consentis pour trouver une place à son cadet en IME, Marie effectue un stage d’initiation à l’informatique.

42Du 20 juin au 22 août, elle part en vacances dans sa famille en Turquie, où elle rejoint son mari. Celui-ci la trouve changée, affirmée, volontaire et responsable de la vie de famille. Sur cette période et avec l’aide de ses sœurs, elle entreprend de « prendre soin » » d’elle et commence à perdre du poids (de 120 à 80 kilos à la fin de l’année 2009).

  • 2 En France, les associations intermédiaires (AI) sont des structures relevant du champ de l’insertio (...)

43Lorsqu’elle revient de vacances, son mari est rentré avec elle ; les bases du couple ont été renégociées. Le fils cadet entre en IME. Le fils aîné s’assagit et ne s’absente plus du foyer comme il en avait pris l’habitude. Marie confiera au chargé d’insertion : « Il y a une vraie ambiance à la maison ». Concurremment, sur l’un des forums emploi du territoire où elle est accompagnée, Marie rencontre un représentant d’une association intermédiaire2, qui lui propose d’effectuer des stages puis de petites missions comme agent d’entretien, à des horaires qui lui permettent de s’occuper de son fils cadet lorsqu’il n’est pas à l’IME. Depuis, elle cumule ainsi les missions courtes comme aide à domicile (entretien ou aide aux personnes âgées) et semble très appréciée des particuliers chez qui elle se rend.

44Au printemps 2010, Marie a souhaité rencontrer à nouveau le chargé d’insertion du fait des tensions croissantes au sein de son couple. Son époux ne supporte pas de voir sa femme « devenir le chef de famille ». Lui continue à avoir de sérieuses difficultés en français, alors que Marie a fait des progrès notables ; il ne travaille toujours pas alors que sa femme commence à ramener de l’argent au foyer. Cette dépendance l’insupporte et les actes de violence ressurgissent. À compter de juin, le professionnel entreprend de mettre en place une « médiation familiale spécialisée ethnique ». L’équilibre fragile construit par Marie est menacé.

45Cette bénéficiaire semble donc payer un lourd tribut pour son autonomie sociale et professionnelle nouvellement conquise. La participation à des ateliers d’échange, puis des formations et, enfin des emplois d’agents d’entretien la conduisent progressivement à s’assumer socialement et professionnellement. Les difficultés initialement rencontrées dans sa vie conjugale et familiale, après s’être estompées, rejaillissent à l’identique. Les motifs en sont toutefois différents. Là où les violences conjugales subies renvoyaient dans une première étape à une forme de domination traditionnelle exercée par son conjoint, elles réfèrent désormais à des formes de frustration et à un sentiment de dépossession, par son conjoint, de ses attributs de chef de famille, dépositaire de l’autorité légitime et principal pourvoyeur d’argent pour le foyer (quand bien même les sources de revenus seraient tirés de l’aide sociale, du revenu de remplacement que constituent les allocations-chômage et non de l’activité salariée proprement dite). L’autonomie acquise est donc, dans ses conséquences, de type biface. Le volet heureux s’affirme sous l’angle d’une insertion sociale et professionnelle indéniable (amélioration de la connaissance de la langue française, mobilité géographique croissante, extension du réseau relationnel, développement des compétences, ouverture de droits liés à l’activité professionnelle, etc.). Néanmoins, ces modifications ne sont pas sans conséquences sur les équilibres familiaux et conjugaux et, à l’été 2010, Marie exprime de grandes inquiétudes à ce sujet.

Le parcours de Marie sous ÉPI

46Sous ÉPI, le chargé d’insertion doit renseigner un dossier par allocataire du RSA bénéficiaire de l’action « dynamique et projet ». Sur cette application informatique, le parcours est jalonné de quatre « étapes ». Chaque séquence comprend des dates de début et de fin, la durée totale de l’accompagnement (avec la possibilité de mentionner si cette étape est en cours) et ses résultats. Les nombres d’entretiens individuels et d’ateliers collectifs fréquentés s’ajoutent aux premiers éléments d’informations susmentionnés. À noter que les résultats pré-codés sont identiques d’une étape à l’autre et que le chargé d’insertion doit cocher un onglet parmi une liste prédéfinie et similaire quel que soit le moment du parcours d’accompagnement. Les étapes s’échelonnent ainsi : « vérification des droits », « identification des potentiels et des freins », « élaboration d’un projet personnel et/ou professionnel », « accompagnement à la réalisation du projet personnalisé ». Une fois l’ensemble renseigné, une page propose la synthèse des résultats et le chargé d’insertion doit alors, en matière de conclusion, opérer un bilan en mentionnant si ont été abordés et/ou suivis et/ou améliorés et/ou résolus tout problème lié à la « reconnaissance et à la verbalisation des difficultés », l’« investissement dans l’action », la « revalorisation de soi », la « confiance en soi », la « relation familiale », la « relation avec les institutions », la « vie sociale », la « problématique linguistique », la « santé », le « logement », la « très grande précarité ».

47Dans le cas précis de Marie, cela donne pour 2009 un début des étapes 1 et 2 en janvier, respectivement pour 97 et 33 jours, avec pour résultat la « participation à l’accompagnement social ». L’étape 3 débute peu après la mi-avril et s’étend sur 173 jours, pour la même indication de résultat. La dernière séquence commence à la mi-octobre, s’étale sur 84 jours et aboutit au résultat d’une entrée en formation. Le bilan 2009 fait état de la sortie du parcours début janvier 2010 en raison d’un accès à l’« emploi ». L’application ne permettant pas d’autre précision, on peut alors croire le parcours d’insertion de Marie achevé. Or, le bilan 2010 mentionne quant à lui un début de parcours à la date qui figurait comme… fin de parcours sur le bilan 2009 ! Pour des raisons d’ordre administratif et de reddition de comptes en fin d’année civile, le chargé d’insertion produit ainsi une réponse séquentielle qui ne traduit pas l’effectivité de la continuité de l’accompagnement. La phase 4 couvre, en 2010, 147 jours avec une sortie en emploi à la mi-novembre. Le dernier résultat connu est alors l’obtention d’un contrat à durée déterminée inférieur à six mois. La synthèse souligne, quant à elle, que tous les points problématiques ont été résolus ou améliorés durant le parcours d’accompagnement effectif sur un an et demi.

48Assurément, cette base de données permet-elle de renseigner de manière uniformisée des éléments de parcours et de produire des données quantitatives à même d’informer l’action publique. Allocataire par allocataire, une appréciation synthétique peut être établie. En agrégeant les informations, des moyennes de durée de parcours et des résultats item par item peuvent également être extraits. Reste en suspens cette interrogation, classique certes, mais que l’on ne peut ignorer : dans quelle mesure ces éléments renseignés traduisent-ils fidèlement l’effectivité du parcours que l’on peut recomposer par d’autres voies plus qualitatives ? Clairement, cette application informatique simplifie à l’extrême le parcours. En soi, c’est le propre de ce type d’outil et l’on ne saurait en être surpris ni même offusqué. Plus problématique, semble-t-il, est l’absence d’analyses multifactorielles, multi-niveaux et multi-temporelles. Les facteurs explicatifs des difficultés enregistrées en amont et progressivement abordées, suivies, améliorées et/ou résolues sont égrenés sans priorité, sans que le conseiller en insertion lui-même ne puisse les hiérarchiser. À la lecture des supports télématiques, on ne sait pas ce qui constituait principalement un frein, à l’investissement social, professionnel, etc. On ne sait pas plus ce qui a pu faire office de difficultés périphériques, travaillées certes avec le conseiller, mais de manière secondaire. Et, dans cet ensemble, ce qui a pu servir de ressort est mélangé au reste. La plurivocité des facteurs est donc écrasée, aplatie. On est bien dans un espace sans profondeur de champ. Aucun coefficient n’est affecté aux différentes variables. Une analyse multi-niveau est ainsi rendue impossible dans cet espace plan. Les séquences, telles qu’elles sont pensées, semblent quant à elles s’enchaîner. Dans le meilleur des cas, il apparaît qu’elles peuvent se superposer. Quant aux éventuels « retours en arrière » et autres « régressions », ils ne semblent pas pensables dans l’espace de l’application informatique. Une logique de la progression linéaire est sous-tendue par l’outil.

49Comment donc, dans le cas de Marie, faire apparaître les effets de la relation erratique à son conjoint ? Comment signifier les rebonds mais également les replis dans le parcours de cette femme au regard des vicissitudes de sa vie conjugale ? Dans quelle mesure l’énergie dépensée pour trouver une place en établissement spécialisé à son fils cadet a-t-elle contribué à lui ouvrir les portes d’une participation plus aisée à la vie sociale et professionnelle ? Et peut-on repérer, via ÉPI, ce que l’inscription aux ateliers collectifs lui a appris de la vie sociale en France et en quoi cela a contribué à sa conviction qu’exercer une activité professionnelle lui serait profitable ? In fine, comment donc analyser la contribution de l’accompagnement opéré dans le cadre de l’action « dynamique et projet » à ce que les psychologues anglo-saxons aiment à décrire comme un développement de l’« empowerment » ou de l’« agentivité ». La dimension qualitative du parcours est semble-t-il réduite à la portion congrue.

50De l’avis même du conseiller en insertion interrogé à cet effet, quelle case cocher pour chacun des items est un véritable casse-tête. En premier lieu, les rubriques sont si générales qu’elles traduisent mal les spécificités des actions conduites au cas par cas avec les bénéficiaires. L’« identification des potentiels et des freins » revêt-elle la même signification pour les uns et pour les autres ? Il importe, ajoute-t-il, de mentionner a minima que les éléments ont été abordés pour ne pas nuire à l’opérateur (l’organisme de formation). Toutefois, ce pragmatisme de bon aloi ne confine pas au cynisme. Le professionnel s’interroge et se montre fréquemment circonspect. Comment être certain que les questions sont bien résolues, définitivement réglées ? Il marque donc toujours une hésitation, doublée d’une forme d’inconfort, lorsqu’il coche « résolu » sous ÉPI. Au fond, sur quels éléments fonder son jugement et établir l’amélioration ou la résolution du problème préalablement identifié ?

Une synthèse qualitative du parcours de Marie

51En complément, le chargé d’insertion est tenu d’adresser une fiche bilan à l’assistant de service social du Conseil général en charge du suivi de l’allocataire du RSA. Le document adressé comporte quatre parties, à l’exclusion des données d’état-civil. Il est également construit selon une logique de la progression de parcours : les « projets du bénéficiaire » d’abord ; ses actions ensuite telles qu’elles se sont traduites en participation aux ateliers collectifs ; le « travail effectué » en tandem ; des préconisations enfin.

52Dans le cas de Marie, « soutien psychologique », « aide aux démarches administratives », confrontation aux « techniques de recherche d’emploi », sensibilisation d’ordre « socioculturel » et « recherche de formation et d’emploi » recouvrent les projets qui lui sont imputés. On apprend ensuite qu’elle a participé à six des huit ateliers proposés par l’opérateur retenu par le Conseil général lors de sa consultation. Le « travail effectué avec le bénéficiaire » comprend le plus de détails. Sont listés un ensemble d’actions qui vont de la vérification des droits à leur ouverture, en passant par la mise en place d’une « médiation familiale ethnique », jusqu’à la mise en relation avec une association intermédiaire l’employant comme agent d’entretien et aide à domicile. Les préconisations enfin affirment qu’en dépit de « grandes difficultés d’adaptation », Marie a gagné en autonomie. Elle s’est « professionnalisée » et il est recommandé qu’elle poursuive le travail d’insertion engagé avec l’association intermédiaire avant de pouvoir engager des recherches d’emploi par elle-même. Le professionnel a toutefois de grands doutes quant à l’usage fait de cette synthèse. Assurément lue, qu’en est-il fait ? Il lui apparait que c’est bien plutôt les éléments renseignés sous ÉPI qui fixent le la et l’appréciation in fine portée sur son accompagnement par les prescripteurs et financeurs de l’action « dynamique & projet ».

Conclusion

53Dans l’idéal et à suivre Jean-Pierre Boutinet (2010, p. 197-198) « […] l’évaluation ne saurait se laisser enfermer dans la détermination d’une mesure et donc entrer dans des considérations exclusivement quantitatives, susceptibles de la piéger. Prenant acte du flou et de l’incertitude des situations, comme des réalisations construites à partir de ces situations, l’évaluation se donne des unes et des autres une lecture multidimensionnelle et multi-référentielle, donc relative, voire même approximative, se fixant des repères et indicateurs qui vont l’aider à prendre du projet réalisé et soumis à son appréciation une appréhension autant qualitative que quantitative, c’est-à-dire singulière. » Il se trouve qu’en pratique la « passion évaluative » prend bien fréquemment d’autres formes. Le « flou » fait l’objet de rationalisations et il est question de conjurer l’incertitude par l’entremise d’outils quantitatifs à vocation synthétique. C’est donc une connaissance assez formelle et plane (spécifiquement ici, de parcours d’insertion) qui est donnée à lire. Dans le cas présenté dans cet article, une grande part de l’activité d’accompagnement reste cachée lorsque le chargé d’insertion renseigne la base de données. La dimension multipolaire de son travail, les tâtonnements de la bénéficiaire avec laquelle il doit composer et l’opiniâtreté dont il doit faire preuve en certaines circonstances sont in fine gommés. Force est donc d’observer que l’activité effective des professionnels est très faiblement présente dans le rendu de l’évaluation.

54C’est au fond une logique énumérative qui préside à la synthèse opérée. Quels sont les problèmes rencontrés par les bénéficiaires ? Sont-ils résolus au terme des mois de prise en charge ? Et pour quels résultats, en particulier en termes d’emploi ? Nous avons ailleurs récemment pointé (Frétigné, 2010) que les formateurs d’adultes développant une identité de « pédagogue » sont aujourd’hui constamment « rattrapés » par la nécessité de se faire agents d’insertion dans le cadre d’actions de formation en direction de chômeurs, ce qui ne va pas sans susciter de controverses Dans le cas présent, nous pouvons souligner que les agents d’insertion sont quant à eux « rattrapés » par la nécessité de justifier de leurs actions en contractant ce qui fait le réel de leur activité sous forme de quelques indicateurs souvent binaires (oui/non ; résolu/non résolu). Le désaccord de ces professionnels avec les principes, modalités et indicateurs de l’évaluation trouvant difficilement à s’exprimer dans les enceintes formellement prévues à cet effet (Martuccelli, 2010), le sentiment de découragement et les témoignages d’insatisfactions professionnelles s’expriment notamment au contact du chercheur. Sans être sa seule finalité, la « recherche dans l’action » a ainsi pour ambition de contribuer à lutter contre la perte de sens de l’activité et à restaurer des identités professionnelles en souffrance.

Haut de page

Bibliographie

Aballéa, F. et Lallement, M. [dir.] 2007). Relations au travail, relations de travail.Toulouse : Octares Éditions.

Bezes, P. (2009). Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1963-2008). Paris : PUF.

Boutinet, JP. (2010). Grammaire des conduites à projet. Paris : PUF.

Demailly, L. (2008). Politiques de la relation. Approche sociologique des métiers et activités professionnelles relationnelles. Villeneuve d’Ascq : PUS.

Dujarier, A.-M. (2010). L’automatisation du jugement sur le travail. Mesurer n’est pas évaluer. Cahiers internationaux de sociologie, n° 128-129, 135-160.

Foudriat, M. (2011), Le changement organisationnel dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Perspectives théoriques croisées. Rennes : Presses de l’EHSP.

Frétigné, C. (2010). La formation individualisée en entreprise d’entraînement. Entre théorie et pratiques. Travail et formation en éducation, n° 6. URL : http://tfe.revues.org/index1345html

Jorro, A. (2009). Introduction au dossier « Les perspectives de recherches en évaluation ». Les dossiers des sciences de l’éducation, n° 22, 7-8.

Leclercq, G. et Varga, R. (2010), Introduction générale in G. Leclercq et R.Varga [dir.]. Dispositifs de formation et environnements numériques. Enjeux pédagogiques et contraintes informatiques. Paris : Lavoisier/Hermès, 25-28.

Lelièvre, M. et Nauze-Fichet, E. [dir] (2008). RMI, l’état des lieux. 1988-2008, Paris : La découverte.

Martuccelli, D. (2010). Critique de la philosophie de l’évaluation. Cahiers internationaux de sociologie, n° 128-129, 27-52.

Cahiers du genre (2008). « La relation de service. Regards croisés », n° 28.

Cahiers internationaux de sociologie (2010). « Ce qu’évaluer voudrait dire », n° 128-129.

Nouvelle revue de psychosociologie (2010). « La passion évaluative », n° 8.

Haut de page

Notes

1 Il est possible de passer les marchés en les « allotissant » selon l’expression consacrée par le code des marchés publics. Il s’agit donc de subdiviser le marché à des fins fonctionnelles (une réponse territoriale plus adaptée, une partition appelant des compétences spécifiques) et/ou de mise en concurrence accrue.

2 En France, les associations intermédiaires (AI) sont des structures relevant du champ de l’insertion par l’activité économique. Les AI embauchent des personnes sans emploi, et ont pour objet la mise à disposition de ces salariés à titre onéreux, mais à but non lucratif. La mise à disposition se fait auprès de personnes physiques ou de personnes morales. Les AI doivent aussi assurer l’accueil et l’accompagnement de ces personnes en vue de faciliter leur insertion sociale et professionnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Frétigné, « Au-delà de la philosophie de l’évaluation de parcours de formation et d’insertion professionnelle : une étude de cas », Les dossiers des sciences de l’éducation, 28 | 2012, 89-104.

Référence électronique

Cédric Frétigné, « Au-delà de la philosophie de l’évaluation de parcours de formation et d’insertion professionnelle : une étude de cas », Les dossiers des sciences de l’éducation [En ligne], 28 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://dse.revues.org/398 ; DOI : 10.4000/dse.398

Haut de page

Auteur

Cédric Frétigné

Professeur à l’Université Paris Est Créteil Val de Marne, membre du laboratoire REV-CIRCEFT.fr. cedric.fretigne@u-pec.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les dossiers des sciences de l’éducation est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org